L'appel au calme après l'arrestation des suspects

AllemagneDeux Afghans soupçonnés du meurtre d'un jeune allemand dans l'est du pays ont été arrêtés. Des personnalités politiques réclament l’apaisement.

Des bougies et des fleurs ont été posées au pied d'un arbre en hommage à la victime de la bagarre. L'homme avait 22 ans. (dimanche 9 septembre 2018)

Des bougies et des fleurs ont été posées au pied d'un arbre en hommage à la victime de la bagarre. L'homme avait 22 ans. (dimanche 9 septembre 2018) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Plusieurs responsables ont appelé dimanche au calme après l'arrestation en Allemagne de deux Afghans soupçonnés d'implication dans la mort violente d'un jeune homme, deux semaines après des faits similaires à Chemnitz ayant mis le pays sous tension. Le ministre de l'Intérieur de l'Etat régional où le drame s'est déroulé dans la nuit de samedi à dimanche, la Saxe-Anhalt, Holger Stahlknecht, a invité la population locale à rester «pondérée».

«La mort tragique du jeune homme» de nationalité allemande «me touche beaucoup et je regrette profondément ce qui s'est produit», a déclaré le ministre, membre du parti de centre-droit de la chancelière Angela Merkel (CDU), à l'agence de presse allemande DPA. Mais il a promis que l'Etat de droit mettrait tout en œuvre pour faire la lumière sur cette affaire.

La responsable des questions d'intégration en Saxe-Anhalt, a elle aussi appelé les habitants au calme. «La violence doit toujours et partout être condamnée. L'heure est au deuil et au recueillement», a écrit Susi Möbbeck sur Twitter.

Les deux Afghans ont été interpellés en raison d'un «soupçon d'homicide» dans cette affaire survenue dans la ville de Köthen, ont indiqué dans un communiqué commun la police et le parquet locaux. Aucune précision n'a été donnée dans l'immédiat.

Mais selon plusieurs médias, notamment le quotidien Die Welt et la chaîne de télévision publique locale MDR, le jeune Allemand de 22 ans est décédé d'une hémorragie cérébrale à la suite d'une violente dispute entre lui et un deuxième homme qui l'accompagnait, d'une part, et les deux Afghans.

Paternité disputée

Selon ces médias, une première altercation avait déjà commencé tard dans la soirée près d'un terrain de jeu entre une femme enceinte et trois Afghans se disputant la paternité de l'enfant à naître.

La future victime allemande et un deuxième homme s'en sont alors mêlés et une violente bagarre s'en serait suivie, selon ces médias. Dimanche, de nombreux habitants sont venus déposer des gerbes de fleurs et allumer des bougies sur les lieux du drame. Un responsable de l'Eglise luthérienne locale, Lothar Scholz, s'est inquiété des conséquences possibles. «Je ne peux qu'espérer et appeler à ce que la violence ne réponde pas à la violence» a-t-il dit.

Et un dirigeant politique local, Uwe Schulze, a reconnu que la concomitance de Köthen et de Chemnitz «est mauvaise pour nous». Il y a tout juste deux semaines un Allemand de 35 ans avait été tué de plusieurs coups de couteau à Chemnitz, également dans l'ex-RDA, un meurtre que la police soupçonne plusieurs demandeurs d'asile irakiens et syrien d'avoir commis.

Récupération de l'extrême-droite

L'extrême droite allemande s'est saisie de cet homicide pour organiser plusieurs manifestations dans la ville visant à dénoncer la hausse de l'insécurité dont seraient responsables les migrants et, au-delà, la politique migratoire de la chancelière Angela Merkel jugée pas assez ferme.

Cette mobilisation, marquée par des violences lors de plusieurs des rassemblements, a ébranlé le pays et provoqué une nouvelle crise politique au sein du gouvernement allemand sur l'immigration.

Elle oppose la chancelière de centre-droit à son ministre de l'intérieur, président du parti très conservateur CSU, qui a pris le parti des manifestants d'extrême droite de Chemnitz alors qu'Angela Merkel a dénoncé la «haine» qu'ils véhiculaient. (afp/nxp)

Créé: 09.09.2018, 16h10

Articles en relation

Un Suisse mobilise des néonazis en Allemagne

Politique Un homme, dont le lieu de résidence est situé en Suisse, est intervenu comme conférencier devant des néonazis d'Allemagne de l'Est. Plus...

Y-a-t-il eu «des chasses collectives» à Chemnitz?

Allemagne Le patron du renseignement intérieur allemand a contredit la chancelière Angela Merkel qui s'était émue de «chasses collectives» contre les étrangers. Plus...

L'appel de Merkel contre «la haine»

Allemagne La chancelière a exhorté lundi les Allemands à se mobiliser contre la «haine» propagée par l'extrême droite qui occupe le terrain depuis quelques jours. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.