Quand faut-il appeler son médecin traitant?

CoronavirusDeux critères: être arrivé de Chine dans les quatorze derniers jours et avoir de la toux, un rhume et plus de 38 degrés de fièvre.

Le CHUV indique n’avoir enregistré aucun cas avéré ou suspecté à ce jour.

Le CHUV indique n’avoir enregistré aucun cas avéré ou suspecté à ce jour. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

À ce jour, aucun cas confirmé de coronavirus n’a été recensé par les autorités sur territoire vaudois. «Nous avons eu un cas suspect ce week-end, s’agissant d’une personne venue de Chine. Ses tests se sont toutefois révélés négatifs», indique Éric Masserey, médecin cantonal adjoint. À ce stade, le dispositif vaudois pour faire face au risque de propagation de la maladie repose ainsi essentiellement sur l’information à la population et sur la gestion des cas suspects.

Mais, concrètement, comment savoir s’il faut s’inquiéter? «Il y a deux critères, explique Éric Masserey. Le premier est d’être arrivé de Chine dans les quatorze derniers jours, et non plus seulement de la province chinoise de Hubei, où se concentre le plus grand nombre de malades. Le second critère est d’avoir des symptômes respiratoires, à savoir de la toux, un rhume et plus de 38 degrés de fièvre.»

Si ces critères sont réunis, les personnes sont invitées à s’adresser à leur médecin traitant ou aux urgences par téléphone. Contacté, le CHUV indique n’avoir enregistré aucun cas avéré ou suspecté à ce jour. L’hôpital cantonal a toutefois pris des mesures depuis deux semaines déjà. «La question d'un voyage en Chine est posée dès l'arrivé à tous les patients qui se présentent aux urgences avec des signes et symptômes d'une infection respiratoire ou un syndrome grippal», détaille ainsi Catherine Cossy, porte-parole.


Lire aussi: Comment la Suisse se prépare au coronavirus


En cas de réponse positive, le CHUV prévoit de placer automatiquement les personnes concernées à l'écart des autres patients afin de réaliser une première évaluation dans un box individuel. Dans un deuxième temps, si la personne remplit les critères d’un cas suspect, un test sera effectué et le patient sera transféré soit dans une chambre isolée, soit aux soins intensifs, en fonction de son état clinique. Quand bien même les tests seront envoyés à Genève, où se trouve le Centre national de référence pour les virus émergents, le CHUV précise qu’il n’est pas question d’y transférer les patients. L’hôpital prendra en charge l’ensemble des cas confirmés pour le canton.

«L’OMS vient d’adapter de «modéré» à «élevé» son estimation du risque d’importation et de propagation des cas, relève Éric Masserey. À ce stade, nous n’avons pas mis en place de dispositif spécifique à une situation épidémique, mais nous devons être préparés à prendre en charge davantage de cas dans les semaines à venir.» Le dispositif actuel pourrait évoluer très rapidement. «De nouvelles informations et instructions nous arrivent en permanence. Nous pouvons suivre l’évolution de la situation presque en direct, beaucoup plus qu’à l’époque du SRAS.»

Créé: 28.01.2020, 06h50

Articles en relation

L'évolution du coronavirus ce 11 février

Coronavirus Retrouvez les évènements importants du 11 février concernant l'épidémie mondiale de coronavirus. Plus...

Les entreprises s'arment face au coronavirus

Suisse Des entreprises suisses possèdent des sites de production à Wuhan. Elles ont pris des mesures pour protéger leurs employés. Plus...

Une carte pour suivre l'évolution du virus chinois en temps réel

Coronavirus Une carte du monde mise au point par des chercheurs américains permet de suivre l’évolution de l'épidémie dans chaque pays. Plus...

Coronavirus en Chine: faut-il s'inquiéter en Suisse?

Epidémie Le virus qui sévit en Asie est encore peu connu. L'expert Laurent Kaiser fait le point sur les risques et les mesures à prendre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.