Passer au contenu principal

L'Arabie saoudite rejette tout lien avec l'attaque

Pointé du doigt par Téhéran, le royaume a vivement démenti être responsable de l'attentat qui a fait 24 morts lors d'un défilé militaire samedi.

Les gardiens de la révolution iraniens ont annoncé mardi que le cerveau de l'attentat avait été éliminé en Irak. L'homme, identifié comme Abou Zahi, était un «émir» du groupe État islamique dans la province de Diyalah. (Mercredi 17 octobre 2018)
Les gardiens de la révolution iraniens ont annoncé mardi que le cerveau de l'attentat avait été éliminé en Irak. L'homme, identifié comme Abou Zahi, était un «émir» du groupe État islamique dans la province de Diyalah. (Mercredi 17 octobre 2018)
AFP
L'Arabie saoudite rejette totalement les accusations «lamentables» de Téhéran selon lesquelles le royaume est impliqué dans l'attaque contre un défilé militaire en Iran. (Mardi 25 septembre 2018)
L'Arabie saoudite rejette totalement les accusations «lamentables» de Téhéran selon lesquelles le royaume est impliqué dans l'attaque contre un défilé militaire en Iran. (Mardi 25 septembre 2018)
AFP
«Les terroristes étaient quatre. Deux ont été tués, et les deux autres arrêtés», selon une source. (Iran, 22 septembre 2018)
«Les terroristes étaient quatre. Deux ont été tués, et les deux autres arrêtés», selon une source. (Iran, 22 septembre 2018)
Keystone
1 / 18

L'Arabie saoudite rejette totalement les accusations «lamentables» de Téhéran selon lesquelles le royaume est impliqué dans l'attaque contre un défilé militaire ce week-end en Iran, a rapporté mardi l'agence officielle SPA. L'agression a fait 24 morts.

«Accusations fausses»

Plusieurs coupables, dont l'Arabie saoudite, avaient été désignés par des dirigeants iraniens après l'attentat perpétré samedi par un commando à Ahvaz, dans le sud-ouest de l'Iran.

«Le royaume rejette complètement les accusations fausses (et) lamentables d'officiels iraniens quant à un soutien du royaume aux incidents qui se sont déroulés en Iran», a indiqué SPA, citant un responsable du ministère saoudien des Affaires étrangères.

Sans nommer un groupe précis, le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamanei, avait déclaré lundi que l'attentat était «l'oeuvre de ces mêmes individus qui, chaque fois qu'ils sont en difficulté en Syrie et en Irak, sont secourus par les Américains, et qui sont financés par les Saoudiens et les Émirats arabes» unis.

Les Emirats arabes unis avaient déjà nié dimanche tout lien avec l'attentat, accusant Téhéran de mener «une campagne» contre Abou Dhabi. Juste après l'attentat, un responsable des Gardiens de la Révolution, l'armée d'élite iranienne, avait accusé les membres du commando d'Ahvaz d'être «nourris par l'Arabie saoudite».

Commando «identifié»

Dans un communiqué diffusé mardi avant la réaction saoudienne, le ministère iranien des Renseignements a indiqué que les membres du commando ayant fait feu samedi avaient été identifiés, et qu'ils étaient affiliés «à des groupes séparatistes takfiris soutenus par des pays arabes réactionnaires», en référence à des groupes djihadistes ou islamistes radicaux sunnites.

Le groupe djihadiste Etat islamique (EI), ainsi qu'un autre groupe, a revendiqué l'attentat.

Téhéran entretient des relations conflictuelles avec plusieurs monarchies arabes du Golfe alliées des États-Unis, notamment l'Arabie saoudite, son grand rival régional avec qui les relations diplomatiques sont rompues depuis janvier 2016.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.