L'armée admet un «usage excessif» de la force

IrakDes affrontements avec des protestataires dans le bastion chiite de Sadr City à Bagdad ont fait au moins 13 morts dans la nuit

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Depuis le début le 1er octobre de ce mouvement de contestation à Bagdad et dans des villes du Sud pour réclamer la démission du gouvernement accusé de corruption, plus de 100 personnes ont été tuées, en grande majorité des manifestants, et plus de 6000 blessées, selon un dernier bilan officiel.

Pays voisin et allié de l'Irak, l'Iran a dénoncé un «complot» et prévenu qu'il avait «échoué, en évoquant les manifestations spontanées nées d'appels sur les réseaux sociaux.

Le commandement militaire irakien a admis lundi un «usage excessif de la force» lors d'affrontements avec des protestataires dans le bastion chiite de Sadr City, à Bagdad. Ceux-ci ont fait 13 morts dans la nuit selon des sources policières et médicales.

«Il y a eu recours à une force excessive débordant des règles de l'engagement et nous avons commencé à demander des comptes aux officiers qui ont commis ces erreurs», indique le communiqué du commandement militaire après une nuit de chaos dans ce quartier de l'est de la capitale.

Dimanche en soirée et jusqu'à tard dans la nuit, des témoins ont fait état de violents affrontements à Sadr City. Sur des images postées en ligne, des rafales de tirs ininterrompus, parfois à l'arme lourde, sont entendues alors que des manifestants brûlant des pneus se mettent à couvert.

Jusqu'ici, les autorités, critiquées par les défenseurs des droits humains, affirmaient se conformer «aux standards internationaux».

Retrait des militaires

Lundi, le Premier ministre Adel Abdel Mahdi, commandant en chef des armées, a ordonné le retrait des militaires et leur remplacement par des policiers à Sadr City, régulièrement théâtre de violences et de trafics en tous genres et auquel l'accès est toujours difficile aux forces de l'ordre.

Il a également appelé les forces de sécurité à «s'en tenir absolument aux règles de l'engagement spécifiques à la protection des manifestants et à la gestion des émeutes». Dimanche, le Ministère de l'intérieur avait annoncé que 104 personnes, dont huit membres des forces de sécurité, avaient été tuées depuis le début, mardi, d'un mouvement antigouvernemental inédit en Irak.

Il a ajouté que plus de 6000 personnes ont été blessées à Bagdad et dans plusieurs villes du sud rapidement gagnées par la contestation. Il n'était pas clair si des victimes parmi les 13 morts de Sadr City étaient comptabilisées dans ce bilan. (ats/nxp)

Créé: 07.10.2019, 09h27

Articles en relation

Irak: Ali Khamenei accuse des «ennemis»

Irak Le guide suprême iranien prend position sur les émeutes qui ont vu la mort de plus de 100 personnes en Irak. Et d'accuser des «ennemis» sans toutefois les nommer. Plus...

Bagdad annonce des mesures sociales

Irak Le gouvernement irakien a annoncé dimanche des mesures pour aider la population mais la contestation ne faiblit pas. Plus...

L'ONU appelle à la fin des violences en Irak

Moyen-Orient Le pouvoir en place depuis un an est confronté à un mouvement de contestation marqué par de sanglants affrontements depuis 5 jours. Plus...

Irak: le gouvernement appelé à démissionner

Moyen-Orient Le mouvement de contestation qui fait rage en Irak a déjà coûté la vie à une soixantaine de personnes. Le leader chiite Moqtada Sadr demande au gouvernement de s'en aller. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 8

Paru le 26 février 2020
(Image: Bénédicte) Plus...