Arrestation du PDG du géant de la viande

BrésilWesley Batista, président de l'entreprise JBS, a été arrêté mercredi dans le cadre du scandale pour corruption qui frappe le Brésil.


Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le PDG du géant brésilien de la viande JBS Wesley Batista a été arrêté mercredi. Il est soupçonné de délit d'initié avant les turbulences liées à l'implication de son entreprise dans un scandale de corruption qui secoue la présidence Temer.

Cette arrestation, annoncée par la police, a eu lieu à Sao Paulo, quelques jours après celle de son frère Joesley, personnage-clé du scandale qui a considérablement fragilisé le président Michel Temer.

>Enrichissement illégal

Wesley Batista est soupçonné de s'être enrichi illégalement en vendant des actions de JBS et en achetant des dollars américains entre le 24 avril et le 17 mai, jour de l'annonce de révélations explosives compromettant le chef de l'Etat dans le cadre d'un accord de collaboration avec la justice.

Au lendemain de cette annonce, le cours de ses actions a plongé et le dollar a grimpé en flèche face au real brésilien. Les avocats des frères Batista ont qualifié l'arrestation de leurs clients d'«injuste, absurde et lamentable», dans un communiqué.

Retour sur le scandale

Dans le cadre de l'accord de collaboration, les magnats de la viande ont reconnu avoir payé des millions de dollars de pots-de-vin à au moins 1900 politiciens. Joesley Batista a déclenché une crise politique sans précédent en enregistrant le président Temer à son insu alors qu'il semblait donner son aval pour acheter le silence d'un député aujourd'hui en prison.

Ces témoignages ont été utilisés pour la mise en accusation du chef de l'Etat pour corruption passive, mais M. Temer est parvenu à empêcher l'ouverture d'un procès début août, en obtenant une large majorité à la chambre des députés. En échange de ses révélations, les frères espéraient éviter la prison, mais l'accord a été suspendu dimanche, Joesley Batista étant soupçonné d'avoir caché des informations aux enquêteurs. (ats/nxp)

Créé: 13.09.2017, 22h02

Galerie photo

Scandales et grogne sociale mettent le Brésil à l'épreuve

Scandales et grogne sociale mettent le Brésil à l'épreuve La grogne sociale continue, dans un Brésil secoué depuis de longs mois par le vaste scandale de corruption Petrobras, ses rebondissements judiciaires, l'éviction de l'ex-présidente Rousseff et des politiques d'austérité du gouvernement intérimaire.

Le procureur qui accuse Temer maintenu sur le dossier

La Cour suprême du Brésil a rejeté mercredi à l'unanimité la demande de la défense du président Michel Temer de récusation du procureur général Rodrigo Janot dans les affaires de corruption concernant le chef de l'Etat.

Les avocats de M. Temer avaient dénoncé une «persécution obsessionnelle» de la part du procureur qui agit, selon eux, animé par des «motivations personnelles». Mais leurs arguments n'ont pas trouvé écho auprès des juges de la Cour suprême, qui ont rejeté la demande par neuf voix contre zéro.

Articles en relation

Lula se dit victime d'une chasse aux sorcières

Brésil L'ancien dirigeant du Brésil a été interrogé pour la deuxième fois mercredi par le juge anticorruption Sergio Moro. Plus...

L'accusateur de Temer en détention provisoire

Brésil Joesley Batista, à l'origine d'un scandale de corruption qui éclabousse le président brésilien, a été placé en détention provisoire lundi à Brasilia. Plus...

Des millions dans les valises d'un ex-ministre

Brésil Plus de 16 millions de dollars étaient cachés dans des valises au domicile de Geddel Vieira Lima, ex-ministre du président Temer. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

«Christian Constantin dérape une fois de trop», paru le 23 septembre 2017.
(Image: Valott) Plus...