Arrêter Assange, la «priorité» de Washington

Etats-UnisAlors que les fuites d'informations se multiplient, le ministre américain de la Justice est monté au créneau.

Julian Assange, 45 ans, est réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, dans l'espoir d'échapper à un mandat d'arrêt européen pour un viol présumé en Suède qu'il nie. (Image d'archives)

Julian Assange, 45 ans, est réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, dans l'espoir d'échapper à un mandat d'arrêt européen pour un viol présumé en Suède qu'il nie. (Image d'archives) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'arrestation du fondateur de WikiLeaks Julian Assange est une «priorité» pour l'administration Trump, qui tente de lutter contre la divulgation d'informations sensibles, a assuré jeudi le ministre américain de la Justice Jeff Sessions.

Les médias locaux, citant des responsables américains, font état de rapports indiquant que Washington serait en train d'établir des chefs d'inculpation en vue d'une arrestation de Julian Assange.

Trop de fuites, pour l'administration Trump

«Nous allons intensifier nos efforts et nous avons redoublé d'efforts en ce qui concerne les fuites», a déclaré Jeff Sessions en conférence de presse. «C'est une affaire qui dépasse tout ce que je connais», a dit le ministre de la Justice, parlant du nombre élevé de fuites. «Nous avons des professionnels qui sont dans la sécurité aux Etats-Unis depuis des années et qui sont choqués par le nombre de fuites, dont certaines très sérieuses», a-t-il ajouté. «Nous allons chercher à mettre certaines personnes en prison», a-t-il dit.

Selon le Washington Post, des procureurs ont rédigé ces dernières semaines une note sur les accusations contre Julian Assange et contre des membres de Wikileaks, qui pourraient inclure le complot, le vol de biens de l'Etat et la violation de la loi fédérale de l'Espionage Act.

Julian Assange, 45 ans, est réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres depuis 2012, dans l'espoir d'échapper à un mandat d'arrêt européen pour un viol présumé en Suède qu'il nie. Assange craint d'être extradé aux Etats-Unis, où il risque de lourdes peines pour la publication en 2010 de documents confidentiels militaires et diplomatiques, notamment sur les guerres en Irak et en Afghanistan.

Trump tance Wikileaks

L'Australien a été interrogé à l'ambassade les 14 et 15 novembre sur cette affaire de viol présumé qui remonte à août 2010. Son cas est revenu sous le coup des projecteurs avec les accusations des agences américaines de renseignement contre la Russie, selon lesquelles Moscou aurait interféré dans la présidentielle américaine au profit de Donald Trump en diffusant notamment sur le site WikiLeaks des documents discréditant la candidate démocrate Hillary Clinton.

La Russie nie catégoriquement toute ingérence dans la campagne électorale américaine. La semaine dernière, pour sa première intervention publique depuis sa nomination par Donald Trump, le nouveau directeur de la CIA Mike Pompeo s'est livré à une violente charge contre WikiLeaks qu'il a qualifié de «service de renseignement hostile», estimant que l'organisation représente une menace pour les démocraties et fait le jeu des dictateurs.

La veille de cette attaque, Julian Assange avait publié une tribune dans le Washington Post assurant que son organisation agissait avec la même mission que les journaux les plus respectés, «offrir au public un contenu ayant un intérêt médiatique». (afp/nxp)

Créé: 21.04.2017, 05h20

Galerie photo

Le parcours de Julian Assange en images

Le parcours de Julian Assange en images Le fondateur de Wikileaks, Julian Assange, est réfugié depuis 2012 à l'ambassade d'Equateur à Londres pour échapper à un mandat d'arrêt suédois.

Galerie photo

Articles en relation

Julian Assange: «La CIA a été très imprudente»

Espionnage Le fondateur de WikiLeaks a accusé jeudi l'agence d'«incompétence dévastatrice» après les révélations de son organisation. Plus...

Assange veut obtenir la grâce de Manning

Wikileaks Julian Assange accepte d'être extradé vers les Etats-Unis si Barack Obama accorde sa grâce à Chelsea Manning. Plus...

Assange juge politisé le rapport de la CIA

Présidentielle américaine Le fondateur de Wikileaks estime que le rapport démontrant l'ingérence de la Russie dans les élections américaines ne contient aucune preuve. Plus...

L'ONU rejette un recours de Londres sur Assange

WikiLeaks L'organisation estime que Julian Assange est détenu arbitrairement depuis juin 2012. Cet avis, non contraignant, avait fait l'objet d'un recours de Londres. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.