Familles d'écoliers tués par le tsunami indemnisées

JaponUne Cour a donné raison aux familles des victimes d'une école primaire qui estimaient que les dispositions permettant de sauver les vies de 74 élèves n'avaient pas été prises.

Des consignes de sécurité pour sauver des écoliers n'ont pas été prises, selon les familles des élèves.

Des consignes de sécurité pour sauver des écoliers n'ont pas été prises, selon les familles des élèves. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Un tribunal japonais a ordonné mercredi aux pouvoirs publics de payer une indemnité totale de 1,43 milliard de yens (12,5 millions d'euros) aux familles de 23 écoliers tués par le tsunami de mars 2011 dans le nord-est, a indiqué une porte-parole de l'instance judiciaire. «C'est un bon résultat», a réagi modestement devant les caméras des télévisions un des plaignants à la sortie du tribunal local.

La Cour de Sendai a donné en partie raison aux familles des victimes de l'école primaire Okawa qui estimaient que n'avaient pas été prises les dispositions qui auraient permis de sauver les vies de 74 écoliers.

Les parents de 23 d'entre eux ont bataillé pour obtenir réparation auprès de la municipalité d'Ishinomaki et de la préfecture de Miyagi, arguant notamment que le risque de tsunami était connu et qu'une fuite dans la montagne aurait été salvatrice. Ils souhaitaient au total 2,3 milliards de yens, 100 millions par enfant.

Incompréhension

Plus de cinq ans après, ils ne comprennent toujours pas pourquoi de telles consignes de bons sens n'ont pas été données au personnel de l'école élémentaire. «Les enseignants étaient a priori en mesure de prévoir le fait que le tsunami atteindrait l'école», a déclaré le juge Kenji Takamiya, cité par les médias.Le maire d'Ishinomaki, Hiroshi Kameyama, a dit à la presse accueillir ce jugement «avec gravité», promettant que la municipalité déciderait rapidement si elle fait appel ou non.

L'école Okawa était située dans une vallée au bord d'un large cours d'eau, qui est largement sorti de son lit et a noyé un vaste périmètre de la région environnante. Cette école primaire est depuis restée un des symboles de la tragédie du 11 mars 2011 et le lieu de recueillement de dizaines de familles éplorées.

Ce jour-là, un vendredi en plein après-midi, un tsunami gigantesque déclenché par un puissant séisme au large, a déferlé sur plus de 500 kilomètres de la côte nord-est, tuant plus de 18.500 personnes et provoquant l'accident de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi. «J'espère que cela servira pour la prévention face au tsunami dans les écoles», a déclaré un membre des familles de victimes face aux télévisions.

(afp/nxp)

Créé: 26.10.2016, 12h23

Articles en relation

Tepco réclame plus d'argent pour démonter Fukushima

Japon La compagnie japonaise d'électricité Tokyo Electric Power aura besoin d'une aide financière supplémentaire de l'Etat pour le démantèlement de la centrale accidentée. Plus...

Plainte rejetée contre les fabricants des réacteurs

Fukushima Le Japon a rejeté une plainte en nom collectif déposée contre les fabricants des réacteurs nucléaires de la centrale Fukushima. Plus...

Appel pour une reconnaissance des enfants cancéreux

Fukushima Des parents veulent rompre le silence qui entoure les victimes «stigmatisées». Plus...

Démanteler Fukushima sera bien plus cher que prévu

Japon Le coût du démantèlement de la centrale nucléaire accidentée dépassera largement les 18 milliards de francs escomptés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...