La Chine redoute une nouvelle forme de sras

SantéLe virus a provoqué la mort d’une troisième personne alors qu’il a gagné le reste du pays. La transmission entre humains est confirmée.

Des patients à l'Hôpital Jin Xintan de Wuhan, où une deuxième personne est décédée depuis décembre.

Des patients à l'Hôpital Jin Xintan de Wuhan, où une deuxième personne est décédée depuis décembre. Image: GETTY IMAGES

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour la première fois, le nouveau coronavirus apparu à Wuhan le mois dernier s’est propagé au reste de la Chine continentale. Deux cent vingt-quatre cas ont été recensés lundi dans le pays, dont 198 dans la capitale de la province du Hubei, et trois personnes sont décédées. Les provinces du Guangdong, du Sichuan et du Yunnan sont désormais touchées, tout comme la mégalopole de Shanghai ainsi que Pékin et ses 25 millions d’habitants, alors qu’un expert chinois a confirmé lundi que le virus se transmettait entre humains.

Ce virus gagne du terrain alors que les quelque 1,4 milliard de Chinois s’apprêtent à célébrer le Nouvel-An lunaire, date la plus importante du calendrier, qui tombe cette année vendredi. D’ici au 30 janvier, date de clôture des festivités, plus de trois milliards de trajets devraient ou vont être effectués à travers le pays. Lang*, 20 ans, étudie la sociologie à Wuhan, ville de 11millions d’habitants d’où la pneumonie virale s’est propagée depuis un marché de poisson, fermé depuis. Il est retourné il y a dix jours chez ses parents à Enshi, petite bourgade entourée de falaises de calcaire, située à 500km de Wuhan. «Face au déroulement de la situation, j’ai avancé mes vacances, pour rester le plus éloigné possible de ce virus», déclare Lang*, joint au téléphone, qui a noté une plus grande présence de masques autour de sa fac. Mais si la situation venait à empirer, le jeune étudiant avoue qu’il n’aura pas d’autre choix que de retourner sur son campus: «Il faudra juste que je fasse plus attention. Bien me protéger le visage, me laver les mains pendant vingt secondes et éviter les lieux fréquentés.»

«La Chine a fait d’énormes progrès au fil des ans dans sa capacité de surveillance, d’investigation et de contrôle des maladies»

Autant de résolutions qui proviennent des directives lancées de concert par les autorités locales et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), satisfaite de la réaction chinoise face à l’épidémie: «La Chine a fait d’énormes progrès au fil des ans dans sa capacité de surveillance, d’investigation et de contrôle des maladies. Le gouvernement partage régulièrement des informations et travaille en étroite collaboration avec l’OMS», affirme son antenne pékinoise. Cela n’a pas toujours été le cas, notamment lors de l’épidémie de sras (syndrome respiratoire aigu sévère, de la même famille que le coronavirus de Wuhan) qui avait touché la Chine et Hong Kong en 2002-2003, faisant 650 victimes. À l’époque, le gouvernement chinois avait été critiqué, notamment par l’OMS, pour avoir tenté de dissimuler l’ampleur de la maladie, avant de limoger son ministre de la Santé de l’époque.

Cet épisode reste très présent dans la mémoire des Chinois et le virus de Wuhan a réveillé les pires traumatismes. Avant l’annonce des nouveaux cas de ce week-end, une équipe de l’Imperial College de Londres a estimé à 1700 le nombre de personnes atteintes du nouveau coronavirus en Chine et ailleurs, en se basant sur la population de Wuhan et le nombre de visiteurs de son aéroport international, le 16e plus fréquenté du pays. «L’OMS accueille favorablement ce type d’analyse et les scénarios sur lesquels nous travaillons ont toujours inclus l’hypothèse de cas supplémentaires déclarés en Chine et dans d’autres pays», répond l’institution onusienne.

Dans la journée de lundi, des personnels médicaux, protégés de la tête aux pieds, prenaient la température des passagers d’un vol domestique en partance de Wuhan, alors que la gare a mis en place des examens semblables. Aux États-Unis, certains aéroports ont instauré des systèmes de surveillance pour les passagers en provenance de la ville du centre de la Chine, au contraire de Pékin, où un nouveau bilan en début de soirée faisait état de cinq personnes contaminées par le virus.

* Prénoms d’emprunt

Créé: 20.01.2020, 19h29

Articles en relation

Une peste en Chine fait exploser le prix de la viande

Alimentation La plus grande épidémie animale jamais vue décime les élevages de porcs asiatiques. Et la crise s’aggrave. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.