Pékin célèbre «Les nouvelles routes de la Soie»

Evénement diplomatique Le président chinois présente un immense projet à vingt-neuf chefs d’Etat, dont la présidente de la Confédération.

Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans un discours de quarante-cinq minutes, prononcé dimanche à Pékin devant 29 chefs d’Etat, le président chinois Xi Jinping a donné le coup d’envoi de «son» sommet: le forum sur les «nouvelles routes de la Soie». Un gigantesque plan euro-asiatique!

Ce projet chinois vise à rapprocher la Chine de l’Europe, de l’Asie centrale et de l’Afrique, à coups de milliards d’investissements, notamment dans les infrastructures. Il avait été dévoilé en 2013 par le président chinois, qui a débloqué hier 113 milliards de dollars supplémentaires pour le soutenir.

Debout devant un fond bleu roi, Xi Jinping, cravate et costume sombre, avait pourtant commencé son discours en rassurant ses hôtes étrangers. À ceux qui le suspectent de vouloir redessiner la mondialisation au profit de Pékin, le chef de la 2e économie mondiale a promis qu’il s’agissait, au contraire, d’un «projet pour le siècle à venir et qui sera bénéfique pour le monde entier».

Ce raout diplomatique était préparé depuis des mois à Pékin: jamais, depuis le sommet du G20 de Hangzhou de l’été 2016, la Chine n’avait en effet organisé un sommet aussi important. La tension était palpable ces derniers jours dans la capitale chinoise. La sécurité a été relevée d’un cran: stations de métro fermées, trafic interrompu sur certaines avenues, militaires et volontaires un peu partout aux abords du quartier olympique.

«Nous n’avons aucune intention d’intervenir dans les affaires internes des autres Etats, d’exporter notre système social ou notre modèle de développement, et encore moins d’imposer notre volonté aux autres», a affirmé Xi Jinping dans son adresse, applaudie une douzaine de fois.

Devant lui, un parterre de délégués, venus d’une centaine de pays, y compris de Corée du Nord. Les 29 chefs d’Etat et de gouvernement présents dans la capitale chinoise pour cette rencontre diplomatique de deux jours avaient pris place au premier rang, dans des fauteuils beiges. Parmi eux, les alliés traditionnels de la Chine: Vladimir Poutine, mais aussi le premier ministre cambodgien Hun Sen, ou encore le président du Kazakhstan, Noursoultan Nazarbaïev. Des leaders asiatiques, comme la Birmane Aung San Suu Kyi ou le Philippin Rodrigo Duterte.

Les Européens, de leur côté, étaient venus en ordre dispersé. Outre la présidente de la Confédération suisse, Doris Leuthard, le Vieux-Continent était représenté par les premiers ministres italien, grec et espagnol. Passation de pouvoir oblige, la France avait envoyé le sénateur Jean-Pierre Raffarin, très impliqué dans les relations franco-chinoises.

Comme dans son discours au Forum économique mondial de Davos, au début de l’année, Xi Jinping a évité de citer nommément le Parti communiste chinois, dont il est pourtant le secrétaire général depuis cinq ans. Le président chinois a prononcé quelques phrases en faveur de la mondialisation: «Jamais le monde n’a été aussi interdépendant qu’aujourd’hui.» Il a en outre encouragé une coopération renforcée en matière de lutte contre la corruption. Appel du pied qui a provoqué des applaudissements nourris à travers la salle

Créé: 15.05.2017, 09h27

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.