Trump se dit prêt à frapper Pyongyang

USA-Corée du NordLe président américain a affirmé vendredi que l'option militaire était «prête à l'emploi» contre le régime nord-coréen.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La Corée du Nord «doit cesser son comportement provocateur et porté à l'escalade», a déclaré samedi la Maison Blanche après un entretien téléphonique du président Donald Trump avec son homologue chinois Xi Jinping. Les deux présidents «ont réitéré leur engagement mutuel envers une dénucléarisation de la péninsule coréenne», a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Les forces américaines «sont prêtes» à protéger Guam, a déclaré samedi la Maison Blanche, alors que la Corée du Nord a annoncé qu'elle projetait de lancer des missiles à proximité de cette île américaine du Pacifique.

Au cours d'un entretien téléphonique avec le gouverneur de Guam Eddie Calvo, M. Trump l'a «assuré» que «les forces américaines sont prêtes à garantir la sûreté et la sécurité de la population de Guam, comme celle de l'ensemble des Etats-Unis», a indiqué la Maison Blanche dans un communiqué.

Haut niveau de tension

Donald Trump a maintenu un haut niveau de tension sur le dossier nord-coréen, affirmant que l'option militaire était «prête à l'emploi» contre Pyongyang. Face à une surenchère sans précédent entre Washington et Pyongyang, la Chine a enjoint aux deux pays de «faire preuve de prudence» et a exhorté Pyongyang à éviter les «démonstrations de force».

Depuis son golf de Bedminster, près de New York, où il passe ses vacances, le président américain a annoncé vendredi qu'il s'entretiendrait vendredi soir avec son homologue chinois. «Nous travaillons très étroitement avec la Chine et avec d'autres pays», a déclaré Donald Trump après une réunion de travail avec son équipe diplomatique, en particulier son secrétaire d'Etat Rex Tillerson.

La Chine est le principal partenaire économique de la Corée du Nord et son rôle est crucial pour l'efficacité des sanctions économiques prises contre la Corée du Nord pour l'obliger à freiner ses programmes nucléaire et balistique.

Registre belliqueux

Multipliant les interventions devant les caméras et sur Twitter, M. Trump a persisté dans le registre belliqueux adopté depuis trois jours: «S'il fait quoi que ce soit visant Guam, ou un autre territoire américain, ou un allié des Etats-Unis, il le regrettera vraiment et il le regrettera rapidement», a-t-il lancé, évoquant le jeune leader nord-coréen Kim Jong-Un.

Son attitude ne contribue-t-elle pas à faire monter la tension à un niveau dangereux? «Mes détracteurs disent cela parce que c'est moi. Si quelqu'un disait exactement la même chose, ils diraient Quelle grande déclaration! », a-t-il répondu, assurant que des «dizaines de millions d'Américains» étaient heureux qu'un président «parle enfin haut et fort» pour leur pays et ses alliés. Il a assuré avoir le soutien du Japon et de la Corée du Sud.

Quelques heures plus tôt, Donald Trump --qualifié par Pyongyang d'«odieux fanatique de la guerre nucléaire»-- avait souligné sur Twitter que les solutions militaires étaient «complètement en place» et «prêtes à l'emploi» si la Corée du Nord se comportait imprudemment.

Jusqu'à l'annonce d'une discussion avec Xi Jinping, aucun signe d'apaisement n'était perceptible. Or les prochains exercices militaires conjoints entre Séoul et Washington, durant lesquels les tensions sur la péninsule coréenne tendent à s'aggraver, commencent prochainement, autour du 21 août.

Moscou «très inquiet»

Pékin prône une résolution «négociée», renvoyant dos à dos Washington et Pyongyang. Le Chine a ainsi proposé à plusieurs reprises un double «moratoire»: l'arrêt simultané des essais nucléaires et balistiques nord-coréens et des manoeuvres militaires conjointes de Washington et Séoul. Cette montée des tensions entre les Etats-Unis et la Corée du Nord pèse sur les marchés financiers et inquiète de nombreux dirigeants mondiaux.

A Moscou, le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est dit «très inquiet» des risques de conflit «très élevés» entre Etats-Unis et Corée du Nord. «Il est clairement temps pour toutes les parties de se concentrer sur les moyens de faire baisser les tensions», a renchéri Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres.

«Je ne vois pas de solution militaire à ce conflit (...) Je considère l'escalade verbale comme une mauvaise réponse», a mis en garde vendredi la chancelière allemande Angela Merkel. Donald Trump a balayé ces propos d'un revers de manche, estimant qu'elle parlait seulement pour son pays: «Peut-être qu'elle parle de l'Allemagne. Elle ne parle certainement pas des Etats-Unis, je peux vous le dire».

«Personne n'aime tant les solutions pacifiques que le président Trump», a tenté de rassurer le secrétaire d'Etat Rex Tillerson.

Un responsable de la Maison Blanche a également indiqué qu'il ne fallait pas voir dans les propos du milliardaire le signe d'une action militaire imminente. «Il y a des plans militaires pour à peu près toutes les crises du globe (...) Ces plans sont continuellement mis à jour et présentent des options au président. Il n'y a rien de nouveau», a-t-il dit sous couvert d'anonymat. Le président américain a promis vendredi une «grande conférence de presse» lundi à Washington, sans autres précisions.

Guam menacée

L'armée américaine a indiqué vendredi être «prête à combattre» si le président américain en donnait l'ordre.

Le Pentagone dispose actuellement de 28'500 soldats au sud du 38ème parallèle: armée de l'air, armée de terre, infanterie de marine (les fameux Marines) et, bien sûr, la marine. Pour protéger le terrain des missiles à moyenne portée de Kim Jong-Un, les Etats-Unis ont déployé un bouclier anti-missiles, le THAAD, qui peut intercepter les lanceurs à haute altitude.

En réponse au changement de ton à Washington, la Corée du Nord a menacé de lancer une attaque près de l'île américaine de Guam, avant-poste militaire stratégique des Etats-Unis dans le Pacifique. L'armée nord-coréenne doit présenter au jeune dirigeant un plan d'offensive contre Guam d'ici mi-août, selon des militaires nord-coréens.

Selon les analystes, des tirs vers Guam placeraient Washington dans une position délicate: si les Etats-Unis ne tentaient pas de les intercepter, leur crédibilité en prendrait un coup et Pyongyang se sentirait pousser des ailes pour mener un test de missile intercontinental (ICBM) grandeur nature.

Le site 38 North, qui fait autorité sur la Corée du Nord, affirme en outre que des images par satellite suggèrent que la Corée du Nord pourrait préparer de nouveaux tests de missiles balistiques sous-marins. (afp/nxp)

Créé: 12.08.2017, 07h05

Macron appelle au calme

Le président français Emmanuel Macron a appelé samedi «à la responsabilité de tous et à prévenir toute escalade des tensions», après plusieurs jours de surenchère entre Washington et Pyongyang.

Dans un communiqué, Emmanuel Macron fait part «de sa préoccupation devant l'aggravation de la menace balistique et nucléaire en provenance de Corée du Nord. (...) La communauté internationale doit agir de façon concertée, ferme et efficace», afin d'amener Pyongyang «à reprendre sans condition la voie du dialogue», ajoute-t-il.

Merkel s'oppose à une solution militaire

La Chancelière allemande s'est positionnée vendredi sur le cas de la Corée du Nord. Angela Merkel a indiqué qu'elle ne «voyait pas de solution militaire à ce conflit» et que l'Allemagne allait «s'engager de manière intensive aux possibilités de résolutions non militaires». Elle considère également l'escalade verbale comme une mauvaise réponse.

Articles en relation

Le Japon déploie son système antimissile

USA-Corée du Nord Face aux menaces nord-coréennes visant Guam, Tokyo a commencé le déploiement de son système antimissile Patriot. Plus...

La Chine sera neutre en cas d'attaque de Pyongyang

Corée du Nord Selon les médias chinois, Pékin devra rester neutre en cas d'attaque de la Corée du Nord menaçant les USA. Mais elle interviendra si ceux-ci s'en prennent en premier à la péninsule. Plus...

Trump persiste et signe face à Pyongyang

Diplomatie Face à la Corée du Nord qui menace ouvertement une île américaine du Pacifique, Donald Trump reste très virulent. Plus...

Péninsule coréenne: le Japon hausse le ton

Diplomatie Le gouvernement japonais a averti jeudi qu'il ne pourrait «jamais tolérer les provocations» de la Corée du Nord. Plus...

Trump promet «le feu» à la Corée du Nord

Menaces nucléaires Le président américain hausse le ton avec Pyongyang qui menace désormais les bases américaines de l'île de Guam. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Ce week-end à Lausanne, les coureurs du semi-marathon et du marathon se verront proposer une bière (sans alcool) à l'issue de la course. Les organisateurs suivent ce qui se fait en Allemagne ou en Suisse alémanique. Car la bière est isotonique, riche en vitamines B10 et B12, et passe mieux que certaines autres boissons.
(Image: Bénédicte) Plus...