Un océan de déchets sur les plages de Bali

EnvironnementFace à la masse de détritus charriés par l'océan Indien jonchant les plages de Bali, une «urgence déchets» a été déclarée.

Les monticules qui s'accumulent sur les plages nuisent à la réputation de Bali, présentée comme une île de rêve aux eaux turquoise, et mettent en exergue le problème des ordures en Indonésie. (Jeudi 28 décembre 2017)

Les monticules qui s'accumulent sur les plages nuisent à la réputation de Bali, présentée comme une île de rêve aux eaux turquoise, et mettent en exergue le problème des ordures en Indonésie. (Jeudi 28 décembre 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Longtemps, les plages bordées de palmiers le long de la rive de Kuta Beach à Bali ont fait office de paradis pour touristes. Mais le sable blanc est maintenant jonché de tant de détritus charriés par l'océan Indien qu'un état d'«urgence déchets» a été déclaré.

Des emballages en plastique et d'autres ordures envahissent les plages où les touristes se prélassent au soleil et se baignent, pendant que des surfeurs glissent sur des vagues qui acheminent toutes sortes de détritus sur l'île la plus touristique d'Indonésie.

«Quand je veux me baigner, ce n'est pas très agréable...», raconte à l'AFP Vanessa Moonshine, touriste autrichienne au bord d'une plage du district de Kuta Beach, dans le sud de l'île. «Je vois beaucoup de détritus ici, tous les jours, tout le temps. Ca vient toujours de l'océan, c'est vraiment horrible».

Les monticules qui s'accumulent sur les plages nuisent à la réputation de Bali, présentée comme une île de rêve aux eaux turquoise, et mettent en exergue le problème des ordures en Indonésie.

Quatrième pays le plus peuplé au monde avec quelque 255 millions d'habitants, cet archipel d'Asie du Sud-Est est le deuxième producteur mondial de déchets marins après la Chine, avec 1,29 million de tonnes par an jetées en mer, qui provoquent des dégâts immenses sur les écosystèmes et la santé.

«Urgence déchets»

A Bali, le phénomène s'est aggravé au point que les autorités locales ont déclaré en novembre un état d'«urgence déchets» le long d'une rive de six kilomètres comprenant les plages de Kuta, Jimbaran et Seminyak, districts les plus fréquentés de l'île - qui a déjà accueilli plus de cinq millions de touristes cette année.

Chaque jour, 700 employés de nettoyage et 35 camions ramassent environ 100 tonnes d'ordures sur les plages pour aller les déverser dans une décharge proche.

«Des personnes en combinaisons vertes collectent des déchets, mais le lendemain la situation est la même», constate le touriste allemand Claus Dignas, affirmant que la quantité de détritus charriés par l'océan augmente à chaque fois qu'il vient passer des vacances à Bali. «Personne n'a envie de s'asseoir sur d'agréables chaises longues pour faire face à toutes ces ordures», dit-il.

Le problème s'accentue pendant la saison des pluies, de novembre à mars, quand des vents forts et courants marins entraînent les déchets sur les plages et que des rivières en crue en charrient vers la côte, explique Putu Eka Merthawan, de l'agence locale pour la protection de l'environnement.

Sensibiliser, recycler, interdire

Pour I Gede Hendrawa, chercheur en océanographie à l'Université Udayana de Bali, ce sujet est une menace tout aussi grave que celle d'une éruption volcanique majeure, à laquelle Bali est confrontée depuis deux mois -- à environ 75 km de Kuta, le volcan Agung crache des nuages de fumée grise, ce qui a entraîné l'annulation de nombreux séjours touristiques et le déplacement des dizaines de milliers d'habitants vivant près du cratère.

«Les déchets dérangent les touristes d'un point de vue esthétique mais le problème du plastique est bien plus grave que cela: des microplastiques peuvent contaminer les poissons qui, s'ils sont mangés par des humains, peuvent provoquer des problèmes de santé comme le cancer», explique le chercheur.

Pour lutter contre ce fléau, l'Indonésie a rejoint la quarantaine de pays qui participent à la campagne de l'ONU «Océans propres» lancée début 2017 pour lutter contre les déchets marins.

Le gouvernement indonésien s'est engagé à réduire les déchets en plastique marins de 70% d'ici à 2025. Il entend augmenter le recyclage des détritus - quasi inexistant pour le moment -, lancer des campagnes de nettoyage et réduire l'utilisation des sacs en plastique dans le commerce de détail.

Pour M. Hendrawa, il faudrait même «interdire les sacs en plastique dans les magasins» et mobiliser mieux la population: «le gouvernement central devrait accentuer la campagne visant à réduire l'utilisation d'emballages en plastique». A Bali, là aussi, le gouvernement régional «devrait allouer plus de fonds budgétaires pour sensibiliser le public à la protection des cours d'eau et à la nécessité de ne pas y jeter de déchets», estime M. Hendrawa. (afp/nxp)

Créé: 28.12.2017, 06h36

Articles en relation

Une éléphante enceinte retrouvée empoisonnée

Indonésie Le pachyderme a été découvert sans vie dans une plantation de palmiers à huile sur l'île de Sumatra, apparemment victime des villageois. Plus...

Des Fêtes sous haute sécurité en Indonésie

Terrorisme Le pays, en alerte, va déployer des dizaines de milliers de policiers et de militaires pour la sécurité pendant Noël et Nouvel An. Plus...

Un séisme de magnitude 6,5 secoue Java

Indonésie Le tremblement de terre qui a touché la principale île indonésienne a fait au moins deux morts. Plus...

Des milliers de touristes quittent Bali

Indonésie Fermé depuis trois jours à cause d'un volcan menaçant, l'aéroport de Bali a enfin rouvert jeudi. Les touristes sont soulagés. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.