Des agriculteurs plantent du riz à 15 km de Fukushima

Accident nucléaireDes agriculteurs ont recommencé à cultiver du riz à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Ils ont recours à de l'engrais contenant du potassium pour aider à combattre l'absorption de césium radioactif.

C'est la première fois que des cultivateurs reprennent cette activité à l'intérieur de l'ancienne zone interdite de 20 km autour du complexe atomique depuis le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011.

C'est la première fois que des cultivateurs reprennent cette activité à l'intérieur de l'ancienne zone interdite de 20 km autour du complexe atomique depuis le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Des agriculteurs japonais ont recommencé samedi dernier à cultiver du riz à seulement 15 kilomètres de la centrale nucléaire accidentée de Fukushima Daiichi.

Ils utilisent de l'engrais contenant du potassium pour aider à combattre l'absorption de césium radioactif par les plants.

C'est la première fois que des cultivateurs reprennent cette activité à l'intérieur de l'ancienne zone interdite de 20 km autour du complexe atomique depuis le tremblement de terre et le tsunami du 11 mars 2011.

Samedi, trois agriculteurs ont planté environ six hectares de rizières près de la localité de Tamura «et ça se passe bien, d'autant que la météo est clémente», a indiqué mercredi le responsable des questions agricoles de Fukushima, Tsuneaki Oonami.

«Nous avons considérablement décontaminé les rizières et avons amené de l'eau jusqu'ici pour l'irrigation», explique encore Tsuneaki Oonami qui ne cache pas qu'il faut encore combattre des «rumeurs dévastatrices» sur les produits locaux. Tout le riz récolté sera contrôlé avant son expédition pour être vendu, assure encore Tsuneaki Oonami.

Cette zone interdite a été redessinée pour permettre aux gens d'avoir accès aux parties où le niveau de radiation a été jugé relativement peu élevé.

Des dizaines de milliers de personnes ne peuvent toutefois toujours pas regagner leurs domiciles. Depuis avril 2012, les habitants de cette zone sont autorisés à y revenir pendant la journée, mais ne peuvent y passer la nuit. (ats/nxp)

Créé: 23.05.2013, 08h16

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 16 décembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...