L’attentat «anti-chrétiens» de Lahore ébranle le pouvoir au Pakistan

TerrorismeL’attaque revendiquée par des talibans a fait 72 morts dans la deuxième métropole du pays, fief du premier ministre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Veillée d’hommage, premières funérailles… Lahore, deuxième ville du Pakistan, portait le deuil ce lundi au lendemain de l’attentat-suicide sanglant qui a fait au moins 72 morts (dont 29 enfants et six femmes) dans un parc très fréquenté proche du centre de la métropole. L’attaque a été revendiquée dans la matinée par Jamaat-ul-Ahrar, l’une des branches les plus dures parmi les groupes talibans pakistanais: «Les chrétiens sont notre cible», a déclaré son porte-parole Ehsanullah Ehsan.

Ce groupe, dont le nom signifie «Congrégation des hommes libres», n’en est pas à son coup d’essai. L’an dernier à Pâques, il avait déjà attaqué deux églises catholiques de Lahore, faisant 17 morts. Les chrétiens ont beau ne représenter que 2% de la population pakistanaise, leur existence demeure clairement insupportable pour ces extrémistes musulmans.

Etrange revendication

Pourtant, certains commentateurs au Pakistan se demandent si les motivations de cet attentat n’étaient pas toutes autres. La revendication, en effet, les laisse pour le moins perplexes. Ne serait-ce que parce que le porte-parole Ehsanullah Ehsan a fait cette étrange déclaration: «Nous ne voulions pas tuer des femmes et des enfants, mais des membres mâles de la communauté chrétienne.» Or, l’attentat a été perpétré à côté des balançoires et des auto-tamponneuses! Difficile à croire. Par ailleurs, «10 à 15 chrétiens» ont été décomptés par la Municipalité parmi les morts, qui sont donc pour la plupart des musulmans.

Surtout, le porte-parole de Jamaat-ul-Ahrar a affirmé qu’il s’agissait «d’envoyer le message au premier ministre Nawaz Sharif que nous sommes entrés dans Lahore». Cette métropole, plus riche et moins conservatrice que le reste du pays, est en effet un fief électoral du chef du gouvernement.

L'ultimatum des ultraconservateurs

Or, une trentaine de groupes religieux hostiles à un projet de loi sur l’égalité hommes-femmes avaient donné au gouvernement régional jusqu’à ce dimanche 27 mars pour le retirer. Enfin, la tension était déjà au plus haut depuis l’exécution il y a un mois de Mumtaz Qadri, lequel avait assassiné en 2011 un gouverneur qui défendait une réforme des lois sur le blasphème.

Créé: 28.03.2016, 20h45

Articles en relation

Les talibans revendiquent l'attentat de Lahore

Pakistan Les talibans pakistanais ont affirmé avoir délibérément visé des chrétiens. L'attentat-suicide a fait plus de 70 morts. Le pape François a demandé aux autorités de protéger les chrétiens. Plus...

Le Pakistan sous le choc après l'attentat

Terrorisme Au moins 65 personnes, dont de nombreux enfants, ont été tuées et 340 blessées dans un attentat-suicide dans un parc bondé de Lahore où des chrétiens célébraient les fêtes de Pâques. Plus...

Bug du bouton de sécurité de Facebook

Attentat au Pakistan Le réseau social s'est excusé après un dysfonctionnement de son application «Safety Check» qui a envoyé une notification à des utilisateurs après un attentat au Pakistan. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.