À Brunei, les gays seront condamnés à mort par lapidation

Asie du Sud-EstÀ Genève, la haut-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Michelle Bachelet, exhorte le sultanat à faire marche arrière.

L'introduction de la charia dans le sultanat a suscité une levée de boucliers planétaire.

L'introduction de la charia dans le sultanat a suscité une levée de boucliers planétaire. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Lapidation pour l’homosexualité et l’adultère, amputation pour les voleurs, flagellation en cas d’avortement. À Brunei, minuscule monarchie islamique de 400'000 habitants accrochée à l’île de Bornéo, en Asie du Sud-Est, ce nouvel arsenal répressif entrera en vigueur ce mercredi, selon un avis diffusé en toute discrétion sur le site du procureur général de la pétromonarchie. Et ce, malgré une levée de boucliers planétaire.

Après l’appel au boycott de neuf hôtels de luxe (dont le Meurice et le Plaza Athénée, à Paris) appartenant au sultan de Brunei, Hassanal Bolkiah, lancé la semaine dernière par l’acteur George Clooney et le chanteur Elton John, c’est la haut-commissaire de l’ONU aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, qui est montée aux barricades ce lundi à Genève. «J’en appelle au gouvernement pour qu’il mette fin à l’entrée en vigueur de ce nouveau Code pénal draconien qui, s’il était appliqué, marquerait un sérieux recul pour la protection des droits humains» à Brunei. La révision de la loi «consacrerait dans la législation des peines cruelles et inhumaines qui violent gravement le droit international relatif aux droits humains», a-t-elle ajouté. «J’exhorte Brunei à maintenir son moratoire de facto sur l’application de la peine capitale», a insisté l’ancienne présidente du Chili. La Grande-Bretagne, l’Australie et la Nouvelle-Zélande ont également appelé Brunei Darussalam à renoncer à la mise en œuvre de ces modifications.

Châtiments islamiques

Selon les Nations Unies, la nouvelle législation, dont certains aspects pourraient aussi s’appliquer aux non-musulmans, prévoit la peine de mort pour de nombreuses infractions. L’adultère, la sodomie, le viol, les relations sexuelles extraconjugales, le vol qualifié et l’insulte ou la diffamation du prophète Mahomet, notamment. La révision du Code pénal islamique introduit également la flagellation publique pour punir l’avortement et l’amputation d’une main et d’un pied pour le vol, «y compris contre les enfants», souligne Amnesty International, qui dénonce ces «sanctions odieuses». Elle criminalise aussi le fait d’exposer les enfants musulmans aux croyances et pratiques de toute religion autre que l’islam. L’homosexualité, déjà illégale et sanctionnée par une peine de prison pouvant aller jusqu’à dix ans, sera désormais considérée comme un crime et punie par la lapidation à mort.

«Le fait de rendre légales ces peines cruelles et inhumaines est en soi consternant. Certains des actes incriminés, à l’image des relations sexuelles consenties entre adultes du même genre, ne devraient même pas être considérés comme des infractions», a déclaré Rachel Chhoa-Howard, chercheuse sur Brunei à Amnesty. Selon Phil Robertson, de l’ONG Human Rights Watch, cette nouvelle législation ferait de Brunei le seul pays d’Asie du Sud-Est où l’homosexualité est passible de la peine de mort.

«Le Conseil fédéral doit agir»

En Suisse, la Fédération des hommes gays et bi (Pink Cross) et l’Organisation suisse des lesbiennes (LOS), scandalisées par cette barbarie, exigent une pression internationale sur le sultanat pour qu’il cesse immédiatement ces pratiques inhumaines. «Je suis abasourdi par une telle violence. Le Conseil fédéral doit immédiatement agir et intervenir. Il a le devoir de condamner cette décision», a déclaré Angelo Barrile, conseiller national socialiste et responsable politique de Pink Cross, dans un communiqué.

L’idée d’introduire progressivement la charia - la loi islamique - a été lancée en 2013 par le sultan Hassanal Bolkiah, l’une des plus grandes fortunes de la planète. À l’époque, l’annonce de ce projet avait déjà suscité l’indignation dans le monde occidental et provoqué un premier appel au boycott des hôtels appartenant au monarque et patron de l’empire immobilier Brunei Investment Agency, qui possède notamment la chaîne Dorchester Collection.

«Pour le moment, nous sommes prêts à mettre en application l’amputation d’une main pour vol. C’est tout»

L’émir de 72 ans, sur le trône depuis 1967, qui règne en monarque absolu depuis l’indépendance de Brunei du Royaume-Uni, en 1984, devrait néanmoins faire une annonce ce mercredi, a confié le porte-parole du Ministère des affaires religieuses du pays. «Ce n’est qu’après que nous connaîtrons la date d’entrée en vigueur de ces nouvelles dispositions», a-t-il ajouté. «Pour le moment, nous sommes prêts à mettre en application l’amputation d’une main pour vol. C’est tout.»

Matthew Woolfe, le fondateur du groupe de défense des droits de l’homme The Brunei Project, estime qu’il est désormais très peu probable que le sultanat revienne en arrière, mais la pression diplomatique de pays asiatiques pourrait aider à garantir que les lois ne soient pas pleinement appliquées, a expliqué lundi à l’agence Reuters le militant basé en Australie, qui dénonce le silence des gouvernements asiatiques. (24 heures)

Créé: 02.04.2019, 16h49

Articles en relation

Clooney appelle au boycott des hôtels de Brunei

Lapidation au Brunei L'acteur américain a demandé le boycott des établissements liés au Sultan de Brunei. Le pays veut suivre la Charia en instaurant la lapidation en cas d'homosexualité. Plus...

Le jury du Femina boycotte un palace du sultan de Brunei

Littérature Le jury, entièrement composé de femmes, entend ainsi protester «après les déclarations du sultan de Brunei qui réclame pour ses sujets le rétablissement de la charia» Plus...

Le sultanat de Brunei introduit la loi islamique

Gouvernement La charia, soit la loi islamique, sera désormais appliquée dans le petit sultanat de Brunei, sur l'île de Bornéo. Amputation, flagellation ou encore lapidation sont prévues dans cette législation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.