Passer au contenu principal

La contestation résiste à l’opération «rues propres»

Les pro-Pékin ont tenté en vain de «nettoyer Hong Kong» ce week-end pour en finir avec le mouvement de protestation.

Malgré des forces de l’ordre omniprésentes et la gare du quartier barricadée par les autorités, plusieurs milliers de Hongkongais ont occupé un centre commercial de Yuen Long pour commémorer la répression policière sanglante du 21 juillet.
Malgré des forces de l’ordre omniprésentes et la gare du quartier barricadée par les autorités, plusieurs milliers de Hongkongais ont occupé un centre commercial de Yuen Long pour commémorer la répression policière sanglante du 21 juillet.
ISAAC LAWRENCE/AFP

La gueule quelconque de Junius Ho, lunettes arrondies de dur à la tâche et raie sur le côté, est plutôt du genre à susciter l’indifférence. Elle est pourtant devenue la bête noire des manifestants de Hong Kong. À tel point que les chevaux dont cet avocat et politicien est propriétaire au prestigieux Jockey Club sont cloués à l’écurie, par peur de chahuts lors des courses. Il faut dire que ce cacique pro-Pékin voue ceux qui parlent d’indépendance à être tués «sans pitié» et lève le pouce pour soutenir la répression la plus brutale.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.