L'épidémie va coûter cher au secteur aérien

CoronavirusLe coût du coronavirus et de ses conséquences pourrait s'élever à quelque 30 milliards de dollars pour les compagnies aériennes.

La baisse nette du nombre de passagers par rapport à 2019 pourrait être de 8,2% dans la région Asie-Pacifique. (Photo d'illustration)

La baisse nette du nombre de passagers par rapport à 2019 pourrait être de 8,2% dans la région Asie-Pacifique. (Photo d'illustration) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'épidémie liée au nouveau coronavirus pourrait entraîner un manque à gagner total de près de 30 milliards de dollars pour les compagnies aériennes en 2020, selon l'Association internationale du transport aérien (Iata), qui redoute la «première baisse mondiale» des réservations depuis 2008-2009.

Mesures de quarantaine, annulations de dessertes, chute du tourisme en Chine et du monde... 2020 «sera une année très difficile pour les compagnies aériennes», a prévenu jeudi le directeur général de l'Iata, Alexandre de Juniac.

Selon l'association, qui regroupe 290 compagnies aériennes, la baisse nette du nombre de passagers par rapport à 2019 pourrait être de 8,2% dans la région Asie-Pacifique cette année. De quoi entraîner «un manque à gagner de 27,8 milliards de dollars» pour les transporteurs de la région, indique-t-elle.

En ajoutant l'impact de la faible demande pour les vols des compagnies exerçant leurs activités dans le reste du monde, le manque à gagner global pourrait atteindre 29,3 milliards de dollars. Un revers pour un transport aérien mondial habitué à de fortes croissances et qui a généré 838 milliards de dollars de chiffre d'affaires en 2019.

«Nous entrons dans une période compliquée pour l'industrie mondiale du transport aérien. Arrêter la propagation du virus est la priorité absolue», souligne dans un communiqué Alexandre de Juniac, pour qui les gouvernements ont un «rôle important à jouer» dans cette crise.

L'association internationale redoute ainsi que le Covid-19 n'entraîne une baisse du nombre de réservations aériennes dans le monde, ce qui serait «une première» depuis la crise financière mondiale de 2008-2009.

Cette situation aura un impact financier sans doute «sévère» pour les compagnies «particulièrement exposées au marché chinois», prévient Alexandre de Juniac.

L'Iata prévient toutefois que l'ampleur de l'impact de l'épidémie sur le secteur est difficile à anticiper à ce stade, car on ignore quelle sera son évolution, et si celle-ci sera ou non, comparable à celle du Sras (Syndrome respiratoire aigu sévère) en 2003. En outre, les Etats vont adapter leurs politiques budgétaires et monétaires pour atténuer cet impact.

Mais l'association souligne également que les conséquences pourraient être plus importantes, si jamais l'épidémie s'étendait davantage dans la région Asie-Pacifique: «l'impact sur les compagnies aériennes du reste du monde serait supérieur».

Des «décisions difficiles»

Plusieurs compagnies aériennes, dont Air France, British Airways, Air Canada, Lufthansa ou Delta, ont suspendu leurs vols vers la Chine continentale en raison de l'épidémie. Air France-KLM a d'ailleurs estimé jeudi entre 150 et 200 millions d'euros le manque à gagner dû à la suspension de ses vols, prévue jusqu'en avril.

Selon le cabinet OAG Aviation Worldwide, les compagnies chinoises ont réduit de 10,4 millions le nombre de sièges des vols intérieurs depuis le début de l'épidémie, contre environ 1,7 million de sièges pour les transporteurs étrangers.

«Les compagnies aériennes prennent des décisions difficiles pour réduire leurs capacités et, dans certains cas, des lignes. La baisse des coûts du carburant contribuera à compenser une partie des pertes de revenus» mais pas la totalité, a prévenu Alexandre de Juniac.

D'après l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), une agence de l'ONU basée à Montréal, l'épidémie a d'ores et déjà entraîné une baisse de revenus de 4 à 5 milliards de dollars pour les compagnies aériennes mondiales. Les conséquences du Covid-19 pourraient dès lors être «plus importantes que celles causées par l'épidémie de Sras en 2003».

Selon l'Iata, l'épidémie de Sras avait engendré un manque à gagner de 6 milliards de dollars pour les compagnies aériennes asiatiques. Au plus fort de la crise, le trafic des compagnies d'Asie-Pacifique - foyer de cette maladie - avait chuté de près de 50%.

Pour l'association aérienne, tout n'est pas joué cependant pour le secteur aérien. «Nous ne savons pas encore exactement comment l'épidémie se développera ni si elle suivra le même profil que le SRAS ou non», prévient l'Iata, pour qui la baisse des prix du carburant pourrait «contribuer à compenser» les pertes de revenus. (afp/nxp)

Créé: 21.02.2020, 02h48

Articles en relation

Un Chinois invoque le virus pour éviter l'expulsion

Canada Un demandeur d'asile chinois a invoqué sa crainte du coronavirus afin de ne pas être expulsé du Canada. En vain Plus...

Paquebot en quarantaine: deux morts

Coronavirus Six cents personnes ont été contaminées par le virus sur le navire de croisière «Diamond Princess», parmi elles deux sont mortes. Plus...

Face au coronavirus, la Chine se veut optimiste

Epidémie Le nombre des nouvelles contaminations a chuté, selon Pékin. Mais l'inquiétude persiste dans certains pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.