Passer au contenu principal

Un ex-rugbyman accusé d'avoir tué sa famille

Rowan Baxter est soupçonné d'avoir mis le feu à une voiture dans laquelle se trouvaient son ex-épouse et leurs trois enfants.

«La manière dont l'incendie s'est réellement produit n'a pas encore été déterminée», a déclaré la police du Queensland. (Photo d'illustration)
«La manière dont l'incendie s'est réellement produit n'a pas encore été déterminée», a déclaré la police du Queensland. (Photo d'illustration)
AFP

Un ancien joueur de rugby à XIII est soupçonné d'avoir tué ses trois enfants et son ex-épouse en mettant le feu à leur voiture dans la banlieue de Brisbane, un massacre qualifié d'atroce par la police australienne.

La femme, âgée de 31 ans, est décédée mercredi dans un hôpital de Brisbane, quelques heures après ses trois enfants, respectivement âgés de 3, 4 et 6 ans, retrouvés morts dans la voiture à laquelle son ex-mari est soupçonné d'avoir mis le feu. Rowan Baxter, également décédé, se serait approché de la voiture avant de l'arroser d'essence et de mettre le feu, selon le journal «The Australian».

La mère de famille serait alors sortie du véhicule en feu et se serait roulée au sol en criant «il m'a aspergée d'essence», a rapporté le quotidien. Les autorités ont indiqué qu'elle est décédée à l'hôpital après avoir succombé à de graves brûlures.

La chaîne publique australienne ABC a affirmé que Rowan Baxter, 42 ans, un ancien joueur de rugby à XIII de l'équipe des New Zealand Warriors, se trouvait dans le véhicule en feu dont il est sorti avant de décéder sur le trottoir. D'autres médias ont déclaré qu'il était décédé après s'être donné la mort d'un coup de couteau.

Violences domestiques

Cette tragédie a déclenché une immense vague de tristesse sur les réseaux sociaux et beaucoup de personnes ont appelé à la mise en place de mesures plus sévères afin de lutter contre la violence domestique.

Natasha Stott Despoja, une ancienne sénatrice, présidente de l'association de lutte contre la violence Our Watch, a qualifié la violence contre les femmes en Australie d'«urgence nationale». La police, qui enquête sur les lieux du massacre, dans la banlieue est de Brisbane, a déclaré qu'il était encore trop tôt pour connaître la cause de l'incendie.

«La manière dont l'incendie s'est réellement produit n'a pas encore été déterminée», a déclaré mercredi Mark Thompson, un inspecteur de police du Queensland. «Qualifier cet acte de suicide-meurtrier ou d'accident tragique est pour nous inapproprié», a estimé l'officier de police qui a reconnu que cette «scène atroce» était la pire qu'il ait jamais vue.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.