Flambée de colère à Hongkong après les violences sur les militants

ChineDes triades ont-elles été chargées de tabasser les activistes? La police est accusée d’avoir délibérément tardé.

Le visage masqué, vêtus de T-shirts blancs, les agresseurs ont frappé sans distinction les militants qui rentraient chez eux.

Le visage masqué, vêtus de T-shirts blancs, les agresseurs ont frappé sans distinction les militants qui rentraient chez eux. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Des triades tabassent le peuple de Hongkong et vous faites comme si de rien n’était?» Il fulmine, le député Alvin Yeung, leader du Parti civique. Et il n’est pas le seul. La colère gronde dans l’ancienne colonie britannique, à la suite des attaques brutales perpétrées dimanche soir contre des dizaines de contestataires. Tard dans la soirée, dans la station de métro de Yuen Long, des gangs armés de bâtons, de barres métalliques et de battes ont fondu sur les manifestants qui rentraient chez eux, dans le nord du territoire semi-autonome. Le visage masqué, vêtus de T-shirts blancs, ils ont frappé sans distinction les activistes prodémocratie habillés de noir et les simples passagers, dont des personnes âgées et des femmes enceintes. La police, arrivée tardivement, n’a procédé à aucune arrestation. D’où le tollé.

Le récit de la soirée fait froid dans le dos. Il était 22h30 quand les agresseurs ont lancé leur premier assaut, dans la station de métro mais aussi dans plusieurs rames, rapporte le quotidien hong­kongais «South China Morning Post», sur la base de témoignages recueillis sur place. Avertis que des violences étaient en cours, des membres du personnel ont appelé la police à 22h45. Sept minutes plus tard, deux officiers armés arrivaient sur les lieux, mais battaient en retraite pour réclamer des renforts. Quand leurs collègues de la police antiémeutes sont arrivés, à 23h15, les voyous étaient déjà repartis et ils ont été accueillis par une foule en colère qui leur reprochait d’avoir tant tardé.

Sale besogne

Mais il y a pire. La police repartie, une seconde attaque a eu lieu vers minuit dans la même station. Des victimes ont accusé les forces de l’ordre de s’être retirées délibérément. Vers 1 heure du matin, quand une centaine de policiers antiémeutes ont bouclé la zone de Nam Pin Wai Village, où la plupart des hommes en blanc s’étaient rassemblés, il n’y a pas eu la moindre arrestation. À 7 heures du matin, les hôpitaux annonçaient avoir dû traiter au moins 45 blessés. Des flaques de sang souillaient encore le sol de la station de métro…

Pour les opposants au gouvernement de Carrie Lam, cela ne fait pas l’ombre d’un doute: des membres des triades, les terrifiants gangs chinois du crime organisé, auraient été engagés pour semer la terreur à Hongkong. Et la police aurait reçu l’ordre de ne pas les en empêcher. Une vidéo montre un député pro-Pékin, Junius Ho Kwan, serrer la main à des hommes en blanc alignés dans une rue proche, les félicitant avec le pouce levé ou en leur tapant sur l’épaule. De quoi accréditer la thèse d’une attaque tout sauf spontanée. En septembre 2017, le même député avait déclaré qu’il fallait se débarrasser des indépendantistes «comme on tue les chiens et les cochons».

Ce ne serait pas la première fois que le gouvernement donne carte blanche à des voyous, assurent les activistes hongkongais, qui avaient déjà articulé de telles accusations en 2014 lors des manifestations antigouvernementales dites du Mouvement des parapluies. Les agresseurs, disent-ils, sont sans doute venus du sud de la Chine où les autorités locales font volontiers appel aux triades pour intimider la population. En tout cas, des images montrent des hommes en T-shirts blancs quittant les lieux lundi dans des véhicules arborant des plaques d’immatriculation chinoises.

Tournant répressif

Chef de la police hongkongaise, John Tse Chun-chung, dément toute collusion avec ces gangs. Si les forces de l’ordre ont tardé à intervenir, c’est qu’elles étaient très occupées ailleurs à charger contre des manifestations. Des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes ont été utilisés dimanche soir contre les contestataires qui s’en prenaient au Bureau de liaison du gouvernement chinois, jetant des œufs sur la façade et la couvrant de graffitis. Un nouveau défi à l’autorité de Pékin, après la mise à sac du Parlement hongkongais le 1er juillet.

Mais la fermeté de la police contre les manifestants contraste justement avec la «carte blanche» laissée aux gangs qui ont attaqué la station de Yuen Long. «C’est un tournant dans l’histoire de Hongkong», assène le député Alvin Yeung.


Commentaire: La ligne rouge est franchie

C’est sans doute un tournant. Face aux manifestations qui ébranlent Hongkong depuis le 9 juin, la police est restée jusqu’ici relativement mesurée. L’ancienne colonie britannique a beau être revenue en 1997 dans le giron de la Chine, on n’y a pas vu de répression massive comme ailleurs dans le pays. Les Hongkongais, c’est certain, ont une liberté de parole que leur envient Tibétains et Ouïgours, même si leur statut particulier semble progressivement grignoté par Pékin. Mais, pour le président Xi Jinping, une ligne rouge ne peut pas être franchie, il l’avait dit sans détour dans un discours le 1er juillet 2017: on ne parle pas d’indépendance, on ne met pas en question la souveraineté chinoise. Or cette ligne-là a été franchie.

Au départ du mouvement de contestation actuel, les manifestants réclamaient le retrait pur et simple d’un projet de loi permettant des extraditions judiciaires vers la Chine continentale. Mais aujourd’hui ils veulent la démission de la cheffe de l’Exécutif hong­kongais, qui fut choisie parmi les candidats sélectionnés par Pékin. Ils réclament une élection au suffrage universel. Et certains osent le graffiti tabou: «Indépendance!»

Évidemment, on voit mal le président Xi Jinping envoyer les troupes à Hongkong. Mais il existe bien d’autres moyens. Choquante, l’entrée en scène de gangs du crime organisé est-elle par exemple un avertissement? Très largement médiatisée, la découverte, il y a quelques jours, d’explosifs et de matériel de campagne séparatiste dans une zone industrielle sert-elle à nourrir la peur d’une plongée dans la violence? On comprend bien le message: la ligne rouge franchie, le pire peut désormais arriver.

Créé: 22.07.2019, 21h20

Articles en relation

«Pékin a peur que nos voix soient entendues»

Chine Figure emblématique de la contestation à Hongkong, Denise Ho a parlé à l’ONU. Plus...

La contestation à Hongkong affaiblit le président chinois avant le G20

Diplomatie Xi Jinping arrive au Japon pour un sommet dominé par son conflit commercial avec Trump. Plus...

«Cette révolte à Hongkong est aussi identitaire et économique»

Chine L’ancienne colonie britannique se soulève contre une loi d’extradition qui menace les libertés. Mais pas seulement. Plus...

Hongkong se déchire sur l’extradition vers la Chine

Asie Malgré la contestation, le gouvernement de Hongkong maintient son projet de loi d’extradition. Plus...

À Hongkong, les pionniers de la contestation sont devant leurs juges

Chine Le procès du Mouvement des parapluies débute ce lundi, au moment où les crispations autour des libertés s’accentuent. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 18 septembre 2019
(Image: Bénédicte) Plus...