Passer au contenu principal

La Palestine veut inscrire la Nativité de Bethléem à l’Unesco

L’inscription de la basilique de la Nativité de Bethléem comme premier site palestinien à l’Unesco sera la principale controverse à l’ordre du jour de la session annuelle du Comité du Patrimoine mondial.

La basilique de la Nativité à Bethléem est l’une des églises les plus anciennes et sacrées de la chrétienté.
La basilique de la Nativité à Bethléem est l’une des églises les plus anciennes et sacrées de la chrétienté.
Keystone

Cette instance se réunit dès dimanche à Saint-Pétersbourg. Trente-trois nouveaux sites sont en lice pour être distingués pour leur «valeur universelle exceptionnelle» et s’ajouter à une liste déjà longue de 936 noms dans 153 pays, dont onze en Suisse.

Les candidatures vont des «paysages cariocas de Rio» aux vignobles du Piémont en passant par les Kremlins russes, l’opéra de Bayreuth (D), la capitale marocaine Rabat, le village historique de Grand Bassam (Côte d’Ivoire) ou le parc de la Sangha à cheval sur le Cameroun, le Congo et la République Centraficaine. La Suisse ne présente pas de candidature cette année.

Candidature palestinienne Cinq pays n’ayant pas encore été distingués présentent des sites: Congo, Palau, Qatar, Tchad et surtout la Palestine. Nouveaux venus à l’Unesco en octobre 2011 au terme d’un vote qui avait provoqué la colère des Israéliens et des Américains, les Palestiniens demandent l’inscription de «l’église de la Nativité et la route du pèlerinage, à Bethléem» en tant que «Lieu de naissance de Jésus».

Haut lieu de pèlerinage, Bethléem est le premier site touristique des Territoires palestiniens (deux millions de visiteurs en 2011). Datant de l’empereur romain Constantin, au IVe siècle, la basilique de la Nativité est l’une des églises les plus anciennes et sacrées de la chrétienté.

Les Palestiniens font cette demande en «urgence» du fait du «délabrement et de la dégradation de l’ensemble architectural» en raison de l’absence de travaux de restauration sérieux depuis 50 ans.

Décision «politique»

Mais les experts du Conseil international des monuments et des sites (Icomos), qui évaluent les candidatures, ont rendu un avis défavorable, estimant que les Palestiniens n’ont pas procédé à une évaluation complète des menaces pesant sur le site.

Pour l’ambassadeur palestinien à l’Unesco Elias Sanbar, cet avis est «biaisé». «Ceux qui ont perdu la bataille du vote de l’entrée de la Palestine à l’Unesco veulent nous empêcher d’exercer nos droits», a-t-il jugé.

Pour un diplomate à l’Unesco, «le dossier est devenu politique. Les Palestiniens en font un point d’exercice de leur souveraineté», juge-t-il.

Le dossier sera probablement tranché par un vote du Comité du Patrimoine, composé de représentants de 21 pays, dont la Suisse. Ce comité est souverain et peut aller contre l’avis des experts.

(ats/afp)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.