Pékin a sorti l'artillerie lourde et arme la dissuasion

Parade militaireLes autorités chinoises ont fait défiler les fameux missiles Dongfeng 21D redoutés par les Etats-Unis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pékin les a donc bien sortis. Suscitant toutes les spéculations auprès des experts militaires, les missiles balistiques qualifiés de tueurs de porte-avions» par la presse chinoise, les fameux DF-21 D (pour Dongfeng, Vent d'est) ont bien été montrés hier lors de l'imposant défilé militaire commémorant le 70e anniversaire de la capitulation japonaise. Une bonne douzaine de pièces ont été exhibées, place Tiananmen.

Ces missiles, d'une portée de 900 à 1500 km, sont aptes à bouleverser la stratégie militaire américaine, les porte-avions représentant le pilier de la défense des Etats-Unis depuis la Deuxième guerre mondiale. Balistiques, ils rentrent dans l'atmosphère à une vitesse telle - près de 3500 km/h - qu'elle les rend quasi-invulnérables aux défenses anti-aériennes classiques. Ils disposent en outre d'une électronique sophistiquée leur permettant de se diriger vers leur objectif et d'une charge explosive capable d'infliger des dégâts considérables à un porte-avions.

«Ces armes servent de moyen de dissuasion, obligeant les pays rivaux à y réfléchir à deux fois avant de déployer des porte-avions contre la Chine», souligne auprès de l'Agence France Presse James Char, analyste de la Nanyang University à Singapour. Cette nouvelle technologie n'a encore jamais été mise à l'épreuve, mais elle souligne «l'importance croissante des forces navales chinoises», Pékin cherchant à projeter de façon plus large sa puissance navale et aérienne.

Budget augmenté

C'est dans la région très disputée du Pacifique que se concentrent les inquiétudes américaines. Depuis plus d'une décennie, la Chine augmente son budget militaire de plus de 10% par an pour tenir sa posture agressive dans les tensions qui l'oppose à ses voisins en mers de Chine orientale et méridionale. Or, les États-Unis dominent depuis 1945 sur l'océan Pacifique, chasse gardée traditionnelle de la 7e flotte américaine et la région est au centre de la politique de «pivot» du président Barack Obama.

Dans ce contexte, Pékin «s'inquiète énormément de ce que ses rivaux, en particulier les forces navales américaines, peuvent faire», souligne M. Char. Les missiles DF-21D pourraient alors bousculer le statu quo, car ils sont «capables d'atteindre la base militaire américaine essentielle de Guam dans le Pacifique ouest», selon le quotidien officiel chinois Global Times. «Le DF-21D va compliquer quelque peu les opérations des Etats-Unis dans la région», estime également Arthur Ding, expert militaire de l'université nationale Chengchi à Taiwan, même si les Américains ont à leur disposition «une batterie de contre-mesures».

Cela n'en reste pas moins une confirmation du virage stratégique entamé par Pékin, notamment après l'annonce en mai que la marine de l'Armée populaire de libération (APL), aidée de l'aviation, allait mettre l'accent sur les opérations «en haute mer», au-delà de la simple «défense des eaux territoriales».

Ouvrant le défilé militaire, le président Xi Jinping, commandant en chef des armées, a par ailleurs annoncé une baisse de 300.000 hommes des effectifs de l'APL, actuellement estimés à environ 2,3 millions. Une décision qui suit la tendance consistant à réduire les effectifs au fur et à mesure que se modernise l'équipement. Cette nouvelle réduction «correspond aux attentes», selon Arthur Ding: «La puissance de feu et la mobilité ont été grandement améliorées, donc les troupes peuvent être diminuées». «Les effectifs de l'armée de terre vont probablement essuyer le plus gros de la réduction», ainsi que les multiples strates «de commandement et de bureaucratie au sein de l'ALP», estime Taylor Fravel, professeur au Massachusetts Institute of Technology.

(AFP/C.M.)

Créé: 03.09.2015, 13h16

Articles en relation

La démonstration de force de l’armée chinoise

Parade militaire Septante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Pékin affiche sa puissance retrouvée Plus...

«Pékin tente d’éradiquer la nation des Ouïgours»

Chine Interview Rebiya Kadeer fut la femme d’affaires la plus riche de Chine. Devenue la voix de son peuple, elle parle ce mardi soir à Genève au FIFDH. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...