Des perroquets accros ravagent des champs d'opium

IndeLes agriculteurs du Madhya Pradesh ont tenté de chasser les oiseaux, sans succès jusqu'ici. Ils sont trop friands de drogue.


Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La culture du pavot pour produire de l’opium est très prisée dans le Madhya Pradesh, au centre de l’Inde, non seulement pour des usages médicaux mais aussi pour la vente illégale de drogue. Elle est aujourd'hui menacée par des perroquets dépendants de cette drogue qui ravagent les champs, explique le journal «The Independant» ainsi que plusieurs médias anglo-saxons.

Les volatiles ont été aperçus des dizaines de fois par jour en train de piller les cultures, au grand désespoir des paysans, dont les rendements ont déjà été diminués par des problèmes de sécheresse dans la région. Ils ont tenté en vain de faire appel au gouvernement, a indiqué l'un d'eux.

Selon un agriculteur interrogé par le média national NDTV, une fleur de pavot produit 20 à 25 grammes d’opium. Mais une grande troupe de perroquets se nourrit de pavot 30 à 40 fois par jour et certains volatiles s’envolent même avec des cosses entières.

Il a donc expliqué que les producteurs d'opium de la région avaient tenté par eux-même de chasser les oiseaux à grand renfort de moyens peu conventionnels, tels que des pétards et des hauts-parleurs. Sans succès. L’attrait de la drogue est semble-t-il trop puissant pour les perroquets.

Créé: 03.03.2019, 12h46

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.