Passer au contenu principal

LaosLa rupture d'un barrage fait près de 20 morts

Deux jours après l'effondrement d'un barrage au Laos, on a retrouvé près de 20 corps mais des centaines de personnes restent portées disparues.

La DDC envoie 300'000 francs pour aider les sinistrés. La somme est versée à la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. (lundi 30 juillet 2018)
La DDC envoie 300'000 francs pour aider les sinistrés. La somme est versée à la Fédération internationale de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge. (lundi 30 juillet 2018)
Les secouristes sont toujours à pied d'oeuvre au Laos pour retrouver les centaines de disparus. (28 juillet 2018)
Les secouristes sont toujours à pied d'oeuvre au Laos pour retrouver les centaines de disparus. (28 juillet 2018)
AFP
AFP
1 / 14

Dix-neuf corps ont été retrouvés mercredi après l'effondrement d'un barrage qui a provoqué d'importantes inondations dans le sud du Laos et l'isolement de la zone. La catastrophe a fait des centaines de disparus.

«Dix-neuf corps ont été pour l'heure récupérés, dix-sept personnes blessées ont été transportées à l'hôpital», a déclaré à l'AFP Chana Miencharoen, le consul thaïlandais au Laos présent sur place. «Nous ne pouvons pas encore estimer le nombre de disparus», a-t-il ajouté, précisant que l'eau atteignait le toit des maisons.

Les autorités du Laos, Etat communiste très fermé, où les sources d'information sont rares, n'ont fourni à ce stade aucun bilan officiel. L'agence de presse laotienne KPL faisait état mercredi de «centaines de personnes toujours portées disparues». La catastrophe s'est produite dans le sud du pays, près des frontières cambodgienne et vietnamienne.

Des images filmées par les médias locaux montrent des personnes sur les toits dans l'attente des secours, d'autres fuyant la zone avec les quelques objets qu'elles ont pu sauver alors que les inondations, qui ont submergé sept villages, touchent un vaste périmètre.

Près de 750 personnes ont trouvé refuge dans un entrepôt situé dans une province voisine à plusieurs dizaines de kilomètres de la catastrophe, a constaté une journaliste de l'AFP. D'après le consul thaïlandais, plus de 6000 personnes sont sans abri.

Réparations entravées

Les mesures de sécurité prises par les entreprises chargées de la construction du barrage ont-elles été suffisantes alors que certains habitants disent n'avoir été avertis que peu de temps avant la catastrophe?

Or, un des opérateurs coréens du projet a indiqué que, dès vendredi, à la suite de pluies de mousson très importantes, «onze centimètres d'affaissement ont été détectés au centre du barrage». Un autre exploitant coréen a relaté que «la partie supérieure du barrage» a été emportée dimanche à 21 heures (16h00 en Suisse), soit près de 24 heures avant l'effondrement total de la structure qui a libéré 500 millions de tonnes d'eau.

Dimanche, «nous avons immédiatement alerté les autorités et commencé à évacuer les villageois» qui se trouvaient à proximité, a indiqué une des compagnies coréennes. Des ouvriers ont été dépêchés sur place, mais les tentatives de réparation ont été entravées par de fortes pluies.

Systèmes d'alerte critiqués

Cette catastrophe «révèle l'inadéquation des systèmes d'alerte» et «soulève d'importantes questions sur la sécurité des barrages au Laos, y compris leur pertinence pour faire face aux conditions météorologiques», dans ce pays frappé chaque année par la mousson, a déploré Maureen Harris, spécialiste des barrages laotiens pour l'ONG International Rivers.

Les opérations de secours sont compliquées par les conditions météorologiques difficiles. Et la zone sinistrée, très isolée, n'est accessible que par hélicoptère ou bateau alors que les routes ont été gravement endommagées, voire totalement emportées.

Batterie de l'Asie du Sud-Est

La structure qui s'est effondrée, «Saddle Dam D», fait partie d'un réseau de plusieurs barrages hydroélectriques. Ce projet de plus d'un milliard de dollars implique des entreprises laotiennes, thaïlandaises et sud-coréennes, regroupée dans une co-entreprise, la Xe-Pian Xe-Namnoy Power Company's (PNPC). Le barrage devait commencer à fournir de l'électricité en 2019, dont 90% devait être exportée vers la Thaïlande voisine, le reste devant être distribué sur le réseau local.

Enclavé au coeur de la péninsule indochinoise, le Laos, petit Etat rural et montagneux, ambitionne de devenir «la batterie de l'Asie du Sud-Est». Selon le site de l'ONG International hydropower association (IHA), plus de 50 projets hydroélectriques sont en cours de développement dans le pays, au grand dam des organisations environnementales qui mettent en avant leur impact sur le Mékong, sa flore et sa faune, sur les populations rurales, souvent déplacées, et sur les économies locales qui en dépendent.

Les effondrements de barrages ou de digues, comparables à celui qui vient de survenir au Laos, sont relativement fréquents en Asie et ont notamment affecté le puissant voisin chinois.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.