Passer au contenu principal

Tensions communautairesLe Sri Lanka lève l'état d'urgence

L'état d'urgence, imposé depuis le 6 mars au Sri Lanka suite aux violences entre bouddhistes et musulmans, est levé.

Deux personnes sont mortes début mars, et des maisons et mosquées ont été endommagées, après des violences entre musulmans et bouddhistes. (Image d'archive - 7 mars 2018)
Deux personnes sont mortes début mars, et des maisons et mosquées ont été endommagées, après des violences entre musulmans et bouddhistes. (Image d'archive - 7 mars 2018)
Keystone

Le président du Sri Lanka Maithripala Sirisena a dit dimanche qu'il avait levé l'état d'urgence. Ce dernier avait été imposé dans tout le pays le 6 mars à la suite d'affrontements entre bouddhistes et musulmans. Deux personnes ont perdu la vie au cours de ces violences, plus de 20 mosquées et des centaines de maisons appartenant à des musulmans ont été endommagées.

«Après avoir évalué la situation en matière de sécurité publique, j'ai donné l'ordre de lever l'état d'urgence (...)», a dit le chef de l'Etat sur son compte Twitter. L'état d'urgence avait été instauré pour endiguer les violences communautaires, notamment dans le district de Kandy, situé dans le centre du pays.

Vives tensions

Les tensions ont été vives entre les deux communautés au cours de l'année écoulée.

Certains extrémistes bouddhistes accusent les musulmans de forcer les gens à se convertir à l'islam et de vandaliser les sites archéologiques bouddhistes. D'autres protestent également contre la présence des chercheurs d'asile musulmans Rohingya qui ont fui une Birmanie à majorité bouddhiste.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.