Les trafiquants se font exterminer par centaines

PhilippinesLe nouveau président Duterte avait promis une guerre totale contre les dealers. Ce n’était pas qu’un discours.

Rodrigo Duterte a été élu à la présidence des Philippines le 9 mai.

Rodrigo Duterte a été élu à la présidence des Philippines le 9 mai. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Oubliez les lois sur les droits de l’homme. Si je suis élu président, je ferai exactement ce que j’ai fait en tant que maire. Vous, les dealers, les braqueurs et les vauriens, vous feriez mieux de partir. Parce je vais vous tuer», déclarait Rodrigo Duterte, le 7 mai, lors de son dernier meeting électoral.

Bel et bien élu à la présidence des Philippines le 9 mai, l’homme qui renvoie Donald Trump au rang d’anodin tribun semble bien appliquer ses promesses électorales. Entre le 10 mai et le 1er août, pas moins de 512 personnes suspectées d’être impliquées dans le trafic de drogue ont été tuées par des forces de police ou des milices non identifiées, relève le titre philippin The Inquirer, qui sur son site Internet tient à jour une «Kill List», une liste détaillée de ces morts, dont nombre d’entre elles sont à classer au rang d’exécutions extrajudiciaires. La liste rapporte souvent la découverte de corps sur lesquels les meurtriers ont écrit des inscriptions comme «Trafiquant de drogue, à ne pas imiter» ou «Revendeur de drogue, pardon Seigneur».

ABS-CBN, autre média philippin qui tient aussi ses statistiques, arrive à un plus grand nombre encore de victimes durant le même laps de temps: quelque 770, dont 472 au cours d’opérations policières. Un graphique montre une nette augmentation du nombre de personnes tuées depuis l’accès au pouvoir du nouveau président.

Durant toute sa campagne électorale et depuis sa prise de fonctions, le 30 juin, Rodrigo Duterte a multiplié les messages encourageant les forces de police, mais aussi tout citoyen, à éliminer les délinquants, en particulier les dealers, mais aussi les consommateurs. Mi-juillet, se basant sur des statistiques officielles de la police, il s’était ouvertement réjoui de l’élimination par les forces de l’ordre de 200 personnes, qualifiant la guerre entreprise contre la drogue de «succès».

Devant ces chiffres affolants, un consortium de 329 ONG vient de réclamer l’intervention urgente de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime et de l’Organe international de contrôle des stupéfiants, afin que cesse cette politique de nettoyage et que Manille respecte ses engagements internationaux envers les droits humains. «Au vu du nombre de vies en jeu, il est crucial que les autorités en charge du contrôle international des drogues mettent un terme aux atrocités commises aux Philippines et qu’elles affirment sans équivoque que les actions menées ne constituent pas des mesures de contrôle acceptables», écrivent-elles dans une lettre.

Incontrôlable, Rodrigo Duterte avait aussi promis durant sa campagne que 100 000 délinquants finiraient dans la baie de Manille.

Créé: 03.08.2016, 16h39

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.