Echanges d'artillerie et guerre de propagande

CachemireL'Inde et le Pakistan continuent de faire monter la tension dans la région. La libération d'un pilote indien a déclenché une guerre de propagande.

Les Pakistanais manifestaient samedi à Karachi contre l'Inde.

Les Pakistanais manifestaient samedi à Karachi contre l'Inde. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

De violents échanges d'artillerie ont opposé samedi les armées indienne et pakistanaise, faisant au moins sept morts des deux côtés de la frontière du Cachemire. Cela malgré la libération d'un pilote indien qui a déclenché une guerre de propagande.

En 24 heures, deux soldats et deux civils ont été tués côté pakistanais, selon une source militaire. Côté indien, une femme et ses deux enfants ont trouvé la mort quand un obus de mortier a détruit leur maison.

Dans toute la région, les villageois se sont pressés dans des abris de fortune tandis que la police interdisait la circulation non essentielle sur les routes. Douze civils au moins ont été tués depuis le début de la semaine des deux côtés de la frontière.

Colère en Inde

Par ailleurs, une vidéo du pilote indien relâché vendredi par le Pakistan, dans la laquelle il remerciait les autorités pakistanaises, a suscité samedi une vive colère en Inde, sur fond de guerre de propagande après qu'Islamabad eut présenté cette libération comme un «geste de paix» dans cette nouvelle crise autour du Cachemire.

Le lieutenant-colonel Abhinandan Varthaman, dont le Mig-21 avait été abattu mercredi alors qu'il poursuivait des chasseurs pakistanais au-dessus du Cachemire, avait traversé à pied tard vendredi le poste-frontière de Wagah avec plusieurs heures de retard sur le programme annoncé.

Sa capture était devenue un point de fixation dans les hostilités entre les deux puissances nucléaires, déclenchées par l'attentat-suicide qui a tué le 14 février 40 paramilitaires indiens au Cachemire.

Vidéo «forcée»

Le pilote, qui s'était éjecté de son appareil et qui avait été pris à partie par la foule côté pakistanais, semblait avoir un oeil au beurre noir quand il a regagné l'Inde. Selon les médias indiens, le retour du pilote - fêté comme un véritable héros dans son pays - a été retardé car on l'a «forcé» à accepter cette vidéo pour sa libération.

Le militaire y remercie l'armée pakistanaise pour son professionnalisme et pour l'avoir sauvé de la foule. Il accuse les médias indiens d'entretenir une hystérie guerrière entre les deux pays. La vidéo a été largement diffusée par les militaires pakistanais.

Un ancien chef de gouvernement de l'Etat indien de Jammu et Cachemire, Omar Abdullah, a estimé que la vidéo entachait le geste du Pakistan de rendre le pilote aussi rapidement. Islamabad avait présenté cette libération comme un «geste de paix».

Les médias indiens ont qualifié pour leur part ce document de «détestable», violant les normes internationales sur les prisonniers de guerre. Les réseaux sociaux en Inde fustigeaient également la vidéo.

«Aucune pression»

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, a assuré que son pays n'avait été motivé que par la prudence en libérant le pilote. Aucune «contrainte» ou «pression» n'ont été exercées sur le pays. «Nous ne voulons que la paix», a-t-il insisté.

Plusieurs centaines de milliers de Pakistanais ont signé deux pétitions en ligne demandant que leur Premier ministre, Imran Khan, soit nominé pour le prochain prix Nobel de la paix après ses décisions et déclarations apaisantes dans la crise avec l'Inde.

Si les médias pakistanais saluaient la libération du pilote pour apaiser la tension avec l'Inde, certains reproches se faisaient entendre sur les réseaux sociaux. «Pas une bonne idée. Cela va se retourner» contre le Pakistan, a estimé Gul Bukhari, un critique en vue du gouvernement et des militaires.

Mise au défi de Modi

A New Delhi, le Premier ministre nationaliste Narendra Modi, qui briguera au printemps un second mandat, a mis au défi samedi quiconque «oserait menacer» l'«Inde nouvelle, sans peur et déterminée».

M. Modi a par ailleurs regretté que l'Inde n'ait pu acquérir des avions de chasse Rafale qu'il souhaitait acheter à la France, estimant que «le résultat des récents accrochages avec le Pakistan aurait pu être différents» si le contrat avait été honoré.

Sur le plan diplomatique, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Joubeir, était attendu dimanche à Islamabad, avant de se rendre en Inde, afin de tenter d'apaiser les tensions. L'Arabie saoudite, qui a offert ses bons offices pour mettre fin aux hostilités, est un allié proche du Pakistan. (ats/nxp)

Créé: 02.03.2019, 16h39

Articles en relation

Le Pakistan a libéré le pilote indien

Crise au Cachemire Dans un «geste de paix», Islamabad a libéré le pilote indien capture au Cachemire, alors que les deux pays sont en crise. Plus...

Le Pakistan rouvre partiellement son espace aérien

Crise au Cachemire Après un épisode de vives tensions entre l'Inde et le Pakistan, ce dernier avait fermé son espace aérien. Il le rouvre finalement graduellement jusqu'à lundi prochain. Plus...

La crise indo-pakistanaise perturbe le ciel

Tensions La crise au Cachemire entre l'Inde et le Pakistan a entraîné la fermeture de l'espace aérien pakistanais mercredi. Plus...

Le Pakistan publie une vidéo du pilote capturé

Avions indiens abattus Les médias pakistanais ont diffusé les images d'un homme, visage en sang et yeux bandés, présenté comme le pilote d'un avion de combat indien abattu dans le Cachemire. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.