Passer au contenu principal

Violents combats à la frontière turque près de Kobané

Les forces armées kurdes ont repris deux postes stratégiques aux djihadistes de l'Etat islamique. L'offensive a fait des morts chez les extrémistes.

L'Iran a arrêté 27 personnes soupçonnées de préparer des attentats. (7 août 2017)
L'Iran a arrêté 27 personnes soupçonnées de préparer des attentats. (7 août 2017)
archive/photo d'illustration, AFP
La Royal Air Force bombarde une base de l'EI. Deux avions britanniques ont participé à un bombardement de la coalition lundi contre un ancien palais de Saddam Hussein, devenu l'un des quartiers généraux de Daech ainsi qu'un centre d'entraînement pour terroristes étrangers», explique le ministère britannique dans un communiqué. (3 août 2016)
La Royal Air Force bombarde une base de l'EI. Deux avions britanniques ont participé à un bombardement de la coalition lundi contre un ancien palais de Saddam Hussein, devenu l'un des quartiers généraux de Daech ainsi qu'un centre d'entraînement pour terroristes étrangers», explique le ministère britannique dans un communiqué. (3 août 2016)
DR/Twitter
Les djihadistes entrent dans la base de l'armée de la province de Ninevah  (12 juin 2014)
Les djihadistes entrent dans la base de l'armée de la province de Ninevah (12 juin 2014)
AFP
1 / 149

De violents combats opposaient ce lundi 13 octobre djihadistes et combattants kurdes à proximité du poste-frontière turc de Mursitpinar (sud). Dans la nuit, les forces kurdes ont repris deux positions aux djihadistes de l'Etat islamique (EI) dans la ville syrienne de Kobané, a indiqué lundi une ONG.

13 djihadistes tués

«Les YPG (combattants kurdes, ndlr.) ont mené une contre-offensive dans le secteur sud de Kobané et ont repris deux positions qui étaient sous contrôle de l'EI, tuant 13 djihadistes », a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Le groupe extrémiste contrôle toujours près de la moitié de cette cité frontalière de la Turquie.

Des tirs d'armes automatiques et de mortiers se succédaient dans cette zone des faubourgs de Kobané (Aïn al-Arab en langue arabe), a constaté un journaliste de l'AFP depuis la frontière turque. Ces affrontements menacent de couper tout passage entre la ville syrienne assiégée et la Turquie, a-t-il ajouté.

Secteur d'évacuation

Or ce secteur est celui emprunté tous les jours par les civils kurdes qui fuient encore les combats qui se déroulent dans leur ville. Il est aussi utilisé pour évacuer des combattants kurdes blessés vers les hôpitaux de la ville turque de Suruç.

Au total, plus de 200'000 réfugiés kurdes de la région de Kobané ont déjà traversé la frontière turque pour fuir l'avancée des djihadistes .

Deux nouvelles frappes

Par ailleurs, la coalition internationale dirigée par les Etats-Unis a mené lundi au moins deux nouvelles frappes aériennes sur des positons de l'EI dans l'est et le sud de la ville, d'après l'OSDH.

La première a eu lieu peu avant 6h30 (heure en Suisse), selon des témoins interrogés par l'AFP. La deuxième s'est produite en fin de matinée et a visé le cœur de Kobané. Un immense panache de fumée s'en est dégagé immédiatement, panache de fumée, a constaté le journaliste de l'AFP.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.