Assad est un «criminel de guerre», dénonce Haley

ONUL'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley considère l'homme fort de Damas comme «une entrave à la paix».

La manière dont Bachar al-Assad traite les Syriens est «répugnante», a martelé l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley lundi. (Lundi 3 avril 2017)

La manière dont Bachar al-Assad traite les Syriens est «répugnante», a martelé l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley lundi. (Lundi 3 avril 2017) Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le peuple syrien ne veut ni que le président Bachar el-Assad reste au pouvoir ni qu'il se présente à des élections, a affirmé lundi l'ambassadrice américaine à l'ONU Nikki Haley. L'homme fort de Damas est un «criminel de guerre», «une entrave à la paix pour longtemps» et la manière dont il traite les Syriens est «répugnante», a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse.

L'ambassadrice a ensuite été interrogée sur des propos du secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson, qui avait dit jeudi que le sort d'Assad «sera décidé par le peuple syrien». Alors que le journaliste lui demandait si cela signifiait que Bachar el-Assad pourrait se présenter à des élections, elle a répondu: «non, ça ne veut pas dire que les Etats-Unis l'accepteront. Nous ne pensons pas que le peuple veut encore d'Assad. Nous ne pensons pas qu'il va devenir quelqu'un que les gens veulent avoir».

Le sort du président syrien est la clé des négociations destinées à mettre fin à la guerre qui ensanglante la Syrie depuis six ans.

«Il faut choisir ses batailles»

«Nous continuons à fermement condamner ce qu'Assad fait et a fait et il continue à être directement sur notre radar en ce qui concerne ses agissements», a ajouté Nikki Haley lundi.

Les négociations de paix à Genève sous les auspices de l'ONU ont fait peu de progrès et les diplomates des Nations unies ne s'attendent pas dans l'immédiat à une grande percée.

Nikki Haley a ajouté que les Etats-Unis s'inquiétaient du soutien de la Russie et de l'Iran à Assad. Mais «nous avons établi de nouvelles bases» dans les négociations de Genève, a-t-elle dit.

Nikki Haley avait affirmé jeudi que Washington ne considérait plus le départ d'Assad comme une priorité pour mettre fin au conflit syrien. «Il faut choisir ses batailles», avait-elle déclaré. «Quand vous regardez la situation, il faut changer nos priorités, et notre priorité n'est plus de rester assis là, à nous concentrer sur faire partir Assad». (afp/nxp)

Créé: 04.04.2017, 04h05

Galerie photo

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017)

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017) Plus de six ans de guerre ont fait plus d'un demi-million de morts et cinq à six millions de déplacés. Les négociations de paix patinent.

Articles en relation

Huit jours de discussions à Genève et pas d'avancée

Syrie Gouvernement syrien et opposition s'accusent mutuellement de ne pas oeuvrer comme un «partenaire» de discussion à Genève. Plus...

Fin de l'opération turque dans le nord de la Syrie

Guerre Le Premier ministre turc a annoncé mercredi que l'opération «Bouclier de l'Euphrate» était terminée sept mois après son déclenchement. Plus...

«A Idleb sous les bombes d'Assad, nous vivons au Moyen Age!»

Syrie En Suisse, deux journalistes syriens témoignent. Et insistent que la société civile est toujours là, vibrante. Plus...

Le chef de la Ligue arabe appelle à agir

Syrie Les leaders arabes ne devraient pas laisser d'autres puissances gérer la plus grave crise de la région, estime M. Aboul Gheit. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.