Passer au contenu principal

Royaume UniAssange très «coopératif» lors de son interrogatoire

L'audition à Londres du fondateur de WikiLeaks, accusé de viol en Suède, s'est achevée ce mardi au bout de deux jours.

La justice britannique examine à partir de lundi la possibilité d'extrader le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis. (23 février 2020)
La justice britannique examine à partir de lundi la possibilité d'extrader le fondateur de WikiLeaks vers les États-Unis. (23 février 2020)
AFP
Julian Assange présente «tous les symptômes (de) torture psychologique», a affirmé vendredi le Rapporteur de l'ONU sur la torture, qui a pu le rencontrer en prison avec des médecins.(vendredi 31 mai 2019)
Julian Assange présente «tous les symptômes (de) torture psychologique», a affirmé vendredi le Rapporteur de l'ONU sur la torture, qui a pu le rencontrer en prison avec des médecins.(vendredi 31 mai 2019)
Keystone
Keystone
1 / 64

Cet interrogatoire mené à l'ambassade d'Equateur où l'Australien de 45 ans est réfugié depuis 2012 a été mené par un procureur équatorien en présence d'une consoeur suédoise. «Le résultat sera transmis ultérieurement par écrit par l'Equateur aux procureurs suédois. Quand le procès-verbal aura été dressé, les procureurs arrêteront une position sur la poursuite de l'enquête préliminaire», a indiqué le parquet suédois dans un communiqué.

Il a précisé qu'en raison du secret de l'instruction, aucune information ne pouvait être révélée sur la façon dont s'était déroulée l'audition.

Sans son avocat

L'avocat suédois de Julian Assange, Per Samuelsson, qui n'a pas été autorisé à assister à l'interrogatoire, a indiqué qu'il allait «contester» sa mise à l'écart.

Julian Assange nie le viol présumé pour lequel une Suédoise a porté plainte en 2010. D'après Wikileaks, il a «pleinement coopéré» à l'interrogatoire, qu'il réclamait depuis longtemps, mais que le parquet s'est refusé pendant des années de mener dans ces conditions à Londres.

L'Australien reste sous le coup d'un mandat d'arrêt européen, qu'il a contesté plusieurs fois devant la justice suédoise, en vain.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.