Passer au contenu principal

Cuba«Attaques acoustiques»: employés US touchés

Une enquête a été ouverte après que des membres de l'ambassade américaine ont été attaqués de manière mystérieuse.

Les victimes de ces attaques ont reçu des soins médicaux.

Le mystère ne se dissipe pas autour des «attaques acoustiques» contre des diplomates des Etats-Unis à Cuba, mais l'affaire prend une nouvelle ampleur: Washington a révélé jeudi que ces «incidents» inédits avaient affecté la santé d'au moins 16 Américains.

Si les attaques ont cessé, «nous ne savons pas qui les a perpétrées», a déclaré la porte-parole du département d'Etat américain. Mais «c'est sans précédent». «Nous n'avons jamais été confrontés à de telles choses par le passé».

Cette mystérieuse affaire n'a été dévoilée que début août, mais elle remonte à plusieurs mois. Les premiers «symptômes physiques» ont été signalés fin 2016. Dès le 23 mai, sans attendre d'y voir plus clair, les Etats-Unis ont décidé dans une première riposte l'expulsion de deux diplomates cubains en poste à Washington.

Les Américains touchés par l'attaque «ont reçu des soins médicaux aux Etats-Unis ainsi qu'à Cuba», a ajouté la porte-parole, sans préciser combien d'entre eux avaient été rapatriés. Certains de ces diplomates «ont choisi de rester sur place» et «sont encore là-bas», avait-elle dit la veille.

Assaillants inconnus

Elle a refusé de décrire les symptômes ressentis. Selon la chaîne de télévision américaine CBS News, un médecin américain a diagnostiqué certains cas de légères lésions cérébrales d'origine traumatique. Jusqu'ici, seule une perte d'audition avait été évoquée par le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson ainsi que par le Canada, dont un des diplomates en mission à Cuba est également concerné.

Le brouillard reste aussi dense autour des assaillants et leur modus operandi. Interrogé le 11 août sur ces «attaques acoustiques», menées selon des médias américains avec des appareils soniques sophistiqués déployés à l'intérieur ou à l'extérieur de la résidence de plusieurs diplomates, Rex Tillerson s'était borné à appeler les autorités cubaines à faire «la lumière» sur leurs auteurs.

La Havane a d'ores et déjà annoncé avoir lancé une enquête «exhaustive, prioritaire et urgente», tout comme Washington dont les investigations sont toujours en cours. Cette affaire intervient dans un climat tendu entre les Etats-Unis et Cuba. Après le rétablissement des relations diplomatiques en 2015, la situation s'est à nouveau dégradée avec l'arrivée de Donald Trump à la Maison-Blanche, qui a durci le ton face à La Havane.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.