Attentat à Bagdad après le discours de Hollande

IrakLe groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat commis à Bagdad lundi qui a tué 32 personnes.

Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Après un triple attentat samedi, la capitale irakienne a de nouveau été frappée par le groupe Etat islamique (EI). Une attaque à la voiture piégée a fait 32 morts et 61 blessés lundi sur une place très fréquentée du quartier de Sadr City, le jour même où le président français François Hollande effectuait une visite en Irak.

L'agence d'informations Amaq, affiliée à l'EI, a déclaré dans un communiqué diffusé sur internet que l'attaque de lundi visait un rassemblement de musulmans chiites, que l'organisation fondamentaliste sunnite considère comme des apostats. La place est connue pour être un lieu de rassemblement des travailleurs journaliers.

Parmi les victimes de l'attentat figuraient neuf passagères d'un minibus. Une bombe a également explosé près d'un hôpital dans le centre-ville, faisant un mort et neuf blessés.

Samedi, l'EI s'est déjà attribué la responsabilité de trois attentats à la bombe qui ont fait 29 morts dans la capitale irakienne. Et dimanche, sept policiers sont morts dans l'attaque d'un barrage de sécurité près de Najaf, dans le sud du pays, revendiquée par les djihadistes.

Prévenir le terrorisme en France

Secoué par ces attentats meurtriers, l'Irak recevait lundi le président français François Hollande, venu apporter son soutien aux forces engagées sur le terrain contre l'Etat islamique. M. Hollande s'est entretenu dans la matinée avec son homologue Fouad Massoum, le Premier ministre Haïdar al Abadi et le président du Parlement Salim al Djabouri.

«Daech (acronyme arabe de l'EI-NDLR) est en recul et Daech sera battu», a dit François Hollande lors d'une conférence de presse aux côtés de Haïdar al Abadi. «Nous le voyons à Mossoul où la bataille est engagée pour reprendre quartier par quartier cette ville».

«Les terroristes tenteront d'attaquer des civils afin de faire oublier leurs pertes, mais nous garantissons au peuple irakien et à la communauté internationale que nous serons capables de mettre fin au terrorisme», a déclaré le Premier ministre irakien Haïdar al Abadi après un entretien avec François Hollande.

«Agir contre le terrorisme ici en Irak, c'est aussi prévenir des actes terroristes sur notre propre sol», a martelé M. Hollande un peu plus tôt devant des instructeurs militaires français qui forment les troupes d'élite du contre-terrorisme (CTS) irakien engagées dans la lutte contre l'EI.

Mossoul avant l'été

Après Bagdad, le président français s'est rendu à Erbil au Kurdistan irakien (nord), à environ 15 km des positions de l'EI, retranché à Mossoul.

La bataille que livrent les forces irakiennes et la coalition internationale pour reprendre Mossoul au groupe Etat islamique (EI) pourrait s'achever «avant l'été», y a-t-il déclaré.

Aide humanitaire au Kurdistan

Dans cette région qui compte de nombreux camps de réfugiés, le président français a remis 38 tonnes d'aide humanitaire dont cinq tonnes de médicaments transportés dans l'avion présidentiel.

Du matériel destiné aux quelque 10 millions de personnes nécessitant une aide humanitaire en Irak pour passer l'hiver. Cette étape de la visite de M. Hollande en Irak était lourde de symboles: environ 500 soldats français assurent des missions de conseil, de formation et d'appui d'artillerie en Irak aux forces engagées pour reprendre Mossoul aux djihadistes, qui l'occupent depuis juin 2014.

Autres attaques

Loin du front de Mossoul, l'EI a par ailleurs attaqué plusieurs positions progouvernementales et coupé un axe important reliant Mossoul à Bagdad. Les djihadistes ont attaqué un casernement près de Baïdji, à 180 km au nord de Bagdad, tuant quatre militaires et blessant 12 personnes, apprend-on auprès de la police et de l'armée.

A la suite de ces attaques, l'EI a pris le contrôle de trois barrages de sécurité sur la route qui relie Baïdji à Chirkat, selon le maire de Chirkat, Ali Dodah. Les tirs de mortiers à Chirkat ont tué deux enfants, a-t-il précisé au téléphone.

Par ailleurs, des tireurs ont fait irruption dans un village près d'Oudhaïm, à 90 km au nord de Bagdad, où ils ont exécuté neuf combattants tribaux sunnites, apprend-on de sources médicale et policière. Dans le même secteur, trois combattants de milices chiites pro-gouvernementales ont été tués et sept blessés lors de l'attaque de leurs positions près d'Oudhaïm, indique la police. (ats/nxp)

Créé: 02.01.2017, 12h39

Galerie photo

En images, la bataille de Mossoul, en Irak

En images, la bataille de Mossoul, en Irak L'opération pour reprendre au groupe Etat islamique la ville de Mossoul, dans le nord de l'Irak, a commencé le 17 octobre 2016.

Articles en relation

François Hollande ira lundi en Irak

France Le président veut aller «saluer» les soldats français engagés contre l'organisation Etat islamique (EI). Plus...

Un double attentat fait au moins 27 morts

Irak La police a informé qu'une double attaque avait eu lieu à Bagdad, samedi matin. Plus...

L'armée reprend son offensive à Mossoul

Irak Après un mois de silence relatif, les combats entre les forces irakiennes et l'EI ont repris dans certains quartiers. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.