Attentat de Christchurch: 17 minutes insoutenables sur Facebook

Réseau et toileLa modération du réseau social est plus que jamais critiquée après que le tireur ait pu y diffuser en direct les images de la tuerie le 15 mars dernier.

Capture d'écran de la vidéo.

Capture d'écran de la vidéo.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

17 minutes! C'est le temps qu'a duré le Facebook Live de la tuerie de Christchurch, le 15 mars dernier, avant que le réseau social n'interrompe la diffusion. 17 minutes d'images insoutenables sur lesquelles on pouvait voir le terroriste australien Brenton Tarrant, équipé d'une caméra embarquée, pénétrer dans la mosquée néo-zélandaise Al Noor et ouvrir le feu sur les fidèles. Comment Facebook a-t-il pu permettre la diffusion d'un acte d'une telle violence aussi longtemps alors qu'il lui faut à peine quelques secondes pour censurer une image de nu?

300'000 copies

Attaqué de toutes parts, le géant californien se défend tant bien que mal. «Moins de 200 personnes ont suivi le direct de la tuerie et 4000 ont pu regarder la vidéo originale avant qu'elle ne soit effacée», rapporte le réseau social. Le premier signalement envoyé par un utilisateur ne serait arrivé que «29 minutes après le début du direct, soit 12 minutes après la fin de la diffusion». Sauf que durant ces 17 minutes de «roue libre», des milliers d'internautes ont eu le temps de copier les images du tireur pour ensuite les partager sur la toile.

Facebook affirme également avoir bloqué «1,5 million de vidéos dans les 24 heures suivant la diffusion du direct original, dont 1,2 million au moment de leur téléchargement». Ce qui laisse tout de même 300'000 copies qui ont pu être postées sur la plateforme avant d'être retirées. YouTube, Twitter ou encore Reddit ont, eux aussi, procédé au blocage de la vidéo, mais non sans difficultés. Un peu de montage, une musique de fond, une description faisant croire qu'il s'agit d'une séquence de jeu vidéo suffisent pour compliquer grandement la tâche des outils de modération.

Intervenir rapidement

Se posent donc, une nouvelle fois et plus que jamais, la question de la politique de modération des réseaux sociaux et de leur capacité à intervenir rapidement sur des contenus à caractères violent et pénalement répréhensibles. Or, aujourd'hui encore, les efforts fournis de ce côté-là semblent clairement insuffisants. Certains leur reprochent même de ne se focaliser que sur le sexe et la menace islamiste, délaissant notamment l'extrémisme blanc. Dans le cas Christchurch, on apprend ainsi que le tireur se décrivait lui-même comme un fasciste. Or, ce n'est qu'après le tuerie que ses comptes Facebook et Twitter ont été supprimés.

Bien entendu, il ne s'agit pas ici de rendre les réseaux sociaux responsables des événements tragiques du 15 mars dernier. C'est Brentan Tarrant qui, ce jour-là, est entré dans une mosquée pour y semer la mort. Non Facebook, Twitter ou Youtube. En revanche, il leur incombe de tout entreprendre pour combattre efficacement la diffusion d'images et propos à caractère violents ainsi que leurs auteurs.

Créé: 19.03.2019, 16h50

Articles en relation

Jacinda Ardern affronte la tragédie avec empathie et détermination

Drame de Christchurch À la suite de la fusillade sanglante, la première ministre néo-zélandaise veut donner une vision d’un monde meilleur. Plus...

Jacinda Ardern veut durcir la loi sur les armes

Nouvelle-Zélande Le tueur de Christchurch a pu se procurer légalement des fusils d’assaut. La première ministre va prendre des mesures. Plus...

Le tueur de Christchurch se pose en disciple de Breivik

Nouvelle-Zélande L’Australien de 28 ans s’affirme dans un manifeste comme un justicier blanc investi d’une mission. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 janvier 2020
(Image: Bénédicte) Plus...