Passer au contenu principal

FranceAttentat de Nice: un détenu se donne la mort

Un homme qui aurait fourni une arme au terroriste qui a fauché des dizaines de passants, à Nice, en juillet 2016, s'est suicidé.

Un détenu suspecté de participation à l'attentat de Nice s'est donné la mort en prison. (Mardi 12 juin 2018)
Un détenu suspecté de participation à l'attentat de Nice s'est donné la mort en prison. (Mardi 12 juin 2018)
AFP
Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a donné une conférence de presse, durant laquelle il a annoncé que les plaintes sur la sécurité de la Promenade des Anglais, provenant de familles de victimes des attentats de Nice, avaient été classées. (Jeudi 19 janvier 2017)
Le procureur de Nice Jean-Michel Prêtre a donné une conférence de presse, durant laquelle il a annoncé que les plaintes sur la sécurité de la Promenade des Anglais, provenant de familles de victimes des attentats de Nice, avaient été classées. (Jeudi 19 janvier 2017)
AFP
(Jeudi 14 juillet 2016)
(Jeudi 14 juillet 2016)
Keystone
1 / 125

Un détenu mis en examen dans l'enquête sur l'attentat de Nice le 14 juillet 2016 s'est suicidé vendredi à la prison de Fleury-Mérogis, en region parisienne, a-t-on appris mardi de source judiciaire.

Aleksander H., 38 ans, «a été retrouvé pendu avec un lacet dans sa cellule», a expliqué le parquet d'Evry, confirmant une information du journal Libération. L'homme était soupçonné d'avoir fait partie de la chaîne qui a fourni en armes le Tunisien Mohamed Lahouaiej B., qui a tué 86 personnes et en a blessé 450 autres au volant d'un camion, le 14 juillet 2016 à Nice.

Complicité

Il était mis en examen pour complicité d'association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste et pour infraction à la législation sur les armes en lien avec une entreprise terroriste.

Selon des sources proches du dossier, il serait notamment poursuivi pour avoir vendu une arme à une personne. Arme qu'il aurait revendue ou donnée et qui se serait retrouvée in fine entre les mains du tueur.

Pas à l'isolement

Incarcéré depuis décembre 2016, Aleksander H. était seul en cellule mais n'était pas à l'isolement. Sa détention provisoire, «venait d'être prolongée début juin», a précisé le parquet.

Il s'agit du deuxième détenu incarcéré dans une affaire d'attentat à se donner la mort derrière les barreaux. En 2015, Yassin S., lui aussi incarcéré à Fleury-Mérogis après avoir décapité son patron et attaqué un site gazier en Isère, s'était suicidé.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.