Passer au contenu principal

« Au-delà des attentats, on respire mieux au Burkina »

Malgré les attaques terroristes de janvier, la transition politique se poursuit au Burkina Faso, pense Barthelemy Sam, coordinateur d’Action de Carême au «Pays des hommes intègres».

Barthelemy Sam veut croire en la transition démocratique de son pays.
Barthelemy Sam veut croire en la transition démocratique de son pays.
Bernard Bridel

A 34 ans, Barthelemy Sam occupe le poste de coordinateur d’Action de Carême pour le Burkina Faso. A ce titre, cet économiste de formation chapeaute le travail d’une douzaine d’associations actives dans le domaine de la sécurité alimentaire, un secteur clé dans ce pays très pauvre d’Afrique de l’Ouest. De passage en Suisse, il fait le point sur la situation qui prévaut au «Pays des hommes intègres», un mois après les attaques terroristes du 15 janvier, à Ouagadougou, qui ont coûté la vie à 30 personnes, dont les Valaisans Jean-Noël Rey et Georgie Lamon.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.