L'Australie obtient la censure d'un rapport de l'ONU

ClimatLes autorités australiennes ont fait pression sur l'ONU afin de ne pas figurer dans un rapport sur le réchauffement climatique. Greenpeace est indignée.

Des scientifiques ont annoncé en avril que 93% des récifs de la Grande barrière étaient affectés par le phénomène de blanchissement de coraux.

Des scientifiques ont annoncé en avril que 93% des récifs de la Grande barrière étaient affectés par le phénomène de blanchissement de coraux. Image: WWF

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Toutes les références à l'Australie ont été retirées, sur intervention de Canberra, d'un rapport de l'ONU sur les conséquences du réchauffement climatique sur les sites du Patrimoine mondial. Cette décision a provoqué le désarroi des scientifiques et des ONG.

Ce rapport a été réalisé conjointement par l'Unesco, le Programme des Nations unies pour l'environnement (Pnue) et l'ONG Union of concerned scientists (UCS). Il étudie 31 sites naturels et culturels de 29 pays, parmi le millier inscrit sur la liste du Patrimoine mondial.

Cette synthèse des études existantes dresse un tableau alarmant. Le rapport, qui se penche sur certains hauts lieux touristiques comme Venise, la statue de la Liberté, le parc de Yellowstone ou les îles Galapagos, devait initialement contenir une partie sur l'Australie.

Il devait ainsi examiner les cas du Parc national de Kakadu (nord), de la zone de nature sauvage de Tasmanie (sud) et de la Grande barrière de corail, qui traverse son pire épisode de blanchissement de coraux de l'histoire, ont indiqué des scientifiques à l'AFP.

Mélange des genres

Mais après avoir vu une ébauche de l'étude, le département australien de l'Environnement a demandé que toute mention de l'Australie en soit retirée. Il affirme dans un communiqué avoir indiqué à l'Unesco qu'il «n'était pas favorable au fait que les sites australiens du Patrimoine mondial figurent» dans l'étude.

«Le département craignait que le rapport ne mélange deux choses: le statut des sites dans la liste du Patrimoine mondial et les risques du réchauffement climatique pour le tourisme», ajoute-t-il.

Or, «l'expérience récente de l'Australie a montré que des commentaires négatifs sur le statut des sites inscrits au Patrimoine mondial avaient un impact négatif sur le tourisme.» La Grande barrière de corail avait en 2015 évité de justesse d'être placée par l'Unesco sur sa liste des sites en péril.

«Inconcevable»

«Il est inconcevable que l'Australie ne soit pas mentionnée dans un tel rapport», a déclaré Will Steffen, un des auteurs de la section passée à la trappe. «Aucun autre pays n'a demandé à être retiré du rapport.»

«L'information est un pilier de la démocratie, et l'idée que des responsables gouvernementaux fassent pression pour censurer des informations scientifiques sur les plus grands trésors de la nature est très dérangeante», s'indigne-t-il.

L'ONG Greenpeace s'est dite abasourdie. «Ils cherchent à tromper les Australiens quant aux menaces graves qui pèsent sur les plus grandes merveilles naturelles», a déclaré Shani Tager, de Greenpeace Australie.

Des scientifiques ont annoncé en avril que 93% des récifs de la Grande barrière étaient affectés par le phénomène de blanchissement de coraux, potentiellement fatal, et provoqué par la hausse de la température de l'eau. (ats/nxp)

Créé: 27.05.2016, 08h46

Articles en relation

La Grande barrière de corail s'éclaircit

Australie Des observations aériennes ont révélé l'un des plus graves épisodes de blanchissement des coraux de l'écosystème. Plus...

Le plastique menace la grande barrière de corail

Australie Les écologistes s'alarment des microplastiques ingérés par les coraux. Plus...

La Grande barrière de corail bientôt une «décharge»?

Australie Le WWF a mis en garde lundi des risques qu'encourt la Grande barrière de corail en Australie si Canberra n'agit pas contre le déversement de déchets sur le site. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.