L'avenir de l'Amazonie en jeu si Bolsonaro est élu

Présidentielle au BrésilLes déclarations sur l'environnement de Jair Bolsonaro suscitent de vives inquiétudes pour l'Amazonie et la survie de ses peuples autochtones.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les défenseurs de l'environnement redoutent que l'Amazonie, le «poumon de la planète», soit sacrifié aux intérêts des lobbys de l'agro-business, si Jair Bolsonaro gagne la présidentielle.

L'une des promesses de campagne les plus controversées du grand favori du second tour de la présidentielle est la fusion des ministères de l'Agriculture et de l'Environnement. Mercredi, il a toutefois laissé entendre par la voix de son conseiller en matière d'agriculture qu'il pourrait revenir sur ce choix.

«C'est mieux pour le Brésil qu'il y ait un ministère de l'Agriculture et un ministère de l'Environnement. Nous en parlerons après l'élection», a détaillé Nabhan Garcia, à l'issue d'une réunion organisée mercredi au domicile de son patron.

«S'il est élu, ce sera le début de la fin pour l'Amazonie», a estimé mercredi dernier Fernando Haddad, l'adversaire de gauche de M. Bolsonaro au second tour, dimanche.

«Comme il est soutenu par le lobby parlementaire de l'agro-business, qui est très fort, Bolsonaro veut pratiquement mettre l'environnement au service de l'agro-business», renchérit Geraldo Monteiro, politologue à l'Université de l'Etat de Rio de Janeiro

«Pas un centimètre de plus»

Jair Bolsonaro a également évoqué la reprise des études pour la construction de centrales hydroélectriques en Amazonie, qui impliquent la construction de barrages, avec un fort impact sur les cours d'eau, entraînant souvent le déplacement de populations.

Un dossier sensible après le long bras de fer des autorités brésiliennes avec des tribus indiennes au sujet du projet de Belo Monte, centrale en cours de construction, avec un barrage qui sera le troisième plus grand au monde.

En février, le candidat d'extrême droite avait affirmé que s'il était élu il ne céderait «pas un centimètre de plus» pour la démarcation de territoires autochtones, les Indiens revendiquant que leurs terres ancestrales soient clairement délimitées. Le crédo de Jair Bolsonaro: en finir avec l'«activisme écologiste chiite». Dans son vocabulaire, «chiite», vidé de son sens religieux, est synonyme de radicalisme.

«Retour en arrière»

En août, en visite dans l'Etat amazonien de Roraima (nord), l'ex-capitaine de l'armée s'insurgeait ainsi contre les «contrôles chiites» des agences publiques environnementales ICMbio et Ibama, qui «nuisent à ceux qui veulent produire».

Le général Oswaldo Ferreira, pressenti pour être le ministre des Transports d'un éventuel gouvernement Bolsonaro, a déclaré dans un entretien récent au quotidien Estado de S. Paulo que ces agences ne servaient «qu'à embêter le monde».

La présidente de l'Ibama, Suely Araujo, a réagi dans un communiqué, affirmant que «l'implantation de projets à fort impact environnemental sans l'analyse nécessaire représenterait un retour en arrière de quatre décennies».

«Graves conséquences»

Emilio La Rovere, directeur du laboratoire d'études sur l'environnement de l'Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), le discours de Jair Bolsonaro «rappelle la doctrine qui régnait à l'époque de la dictature militaire (1964-1985). Cette doctrine, c'était »le développement à tout prix«, au détriment de l'environnement, vu comme un »obstacle« à la construction de route ou à l'exploration minière.

Pour le chercheur, les promesses de campagne du candidat d'extrême droite peuvent avoir »de graves conséquences au niveau mondial«, tout en mettant à mal les efforts consentis par le Brésil depuis une quinzaine d'années pour préserver son exceptionnelle biodiversité.

L'émission de gaz à effets de serre a été pratiquement réduite de moitié, notamment grâce à une législation plus stricte pour lutter contre la déforestation. L'assouplissement de ces règles pourrait entraver »la transition vers une économie à basse émission de carbone«, déplore M. La Rovere.

Sanctions?

Jair Bolsonaro a même menacé début septembre de sortir de l'accord de Paris sur le climat s'il était élu, si la »souveraineté nationale« était engagée, comme Donald Trump aux Etats-Unis.

»Ce serait un sérieux revers de voir une autre économie majeure présidée par une personne qui nie l'importance de la lutte contre le réchauffement de la planète«, affirme Lisa Viscidi, analyste du Think tank The Dialogue.

Emilio La Rovere estime que le Brésil pourrait alors faire face à »des sanctions commerciales de la part de certains pays sur ses exportations de viande ou de soja". (ats/nxp)

Créé: 25.10.2018, 09h13

Articles en relation

Guerre sale sur le net pour la présidentielle

Brésil Le principal champ de bataille de cette guerre du net est WhatsApp, messagerie instantanée extrêmement populaire au Brésil avec 120 millions d'usagers. Plus...

Jair Bolsonaro veut assouplir le port d'arme

Brésil Le candidat d'extrême droite à la présidentielle brésilienne veut assouplir la législation sur le port d'arme. Plus...

Brésil: Haddad veut lutter contre «le fascisme»

Présidentielle Le candidat de gauche à la présidentielle brésilienne a déclaré mardi qu'il lutterait jusqu'au bout pour la démocratie. Plus...

Facebook ferme des pages pro-Bolsonaro

Brésil Facebook a fermé 68 pages et 43 comptes soutenant le candidat brésilien d'extrême droite Jair Bolsonaro. Plus...

Le chantre de la dictature aux portes du pouvoir

Brésil Promis à la victoire lors du second tour de la présidentielle, Jair Bolsonaro a séduit des millions d'électeurs avec un discours sécuritaire, malgré ses nombreux dérapages. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 22 août 2019
(Image: Bénédicte ) Plus...