Passer au contenu principal

Un avion ramène les dépouilles à Saint-Pétersbourg

Un avion transportant les corps de 144 des 224 victimes du crash d'un charter russe est arrivé à Saint-Pétersbourg.

L'Egypte a rendu hommage aux victimes du crash il y a un an. (Dimanche 30 octobre 2016)
L'Egypte a rendu hommage aux victimes du crash il y a un an. (Dimanche 30 octobre 2016)
Keystone
L'EI a affirmé avoir introduit une bombe dans l'avion en la dissimulant dans une canette de soda. (29 août 2016)
L'EI a affirmé avoir introduit une bombe dans l'avion en la dissimulant dans une canette de soda. (29 août 2016)
Keystone
Le Sinaï, lieu du drame.
Le Sinaï, lieu du drame.
Keystone
1 / 23

Un avion transportant les restes de 144 des 224 victimes du crash de l'avion de la compagnie russe Metrojet en Egypte a atterri tôt lundi matin à Saint-Pétersbourg. Le processus d'identification des corps peut commencer.

Cet avion est le premier à ramener les corps de personnes tuées lorsque l'Airbus A321-200 de Metrojet s'est écrasé samedi dans le désert égyptien du Sinaï. L'appareil s'est posé sur l'aéroport de Poulkovo, près de Saint-Pétersbourg, vers 04h00 (heure suisse).

Selon des représentants du ministère russe des situations d'urgence, l'avion transportait les restes de 144 victimes. Dimanche soir, une source aéroportuaire au Caire avait déclaré que l'appareil contenait les restes de 162 victimes du crash, qui a fait au total 224 morts.

Echantillons d'ADN

Un cortège de véhicules devait conduire les corps à un crématorium de Saint-Pétersbourg pour un processus d'identification devant débuter dans la journée, d'après le ministère qui a organisé ce vol. Pour faciliter cette identification, des membres des familles des victimes ont fourni des échantillons d'ADN dans un centre de crise installé près de l'aéroport.

Un mémorial improvisé comptant nombre de jouets en peluche a été installé sur le site pour rendre hommage aux disparus, parmi lesquels se trouvaient plusieurs enfants dont le plus jeune était âgé de 10 mois.

La plupart des morts étaient des vacanciers de Saint-Pétersbourg et de ses environs. Ils auraient dû atterrir en Russie samedi à mi-journée après un séjour dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh.

Attentat toujours plausible

Les autorités égyptiennes et russes ont déclaré ne pas être pour le moment en mesure d'annoncer les causes du crash. L'hypothèse d'un attentat reste envisagée par les experts après la revendication de la branche égyptienne du groupe Etat islamique, qui a annoncé samedi avoir détruit l'avion en représailles, selon elle, aux raids russes en Syrie. Un groupe d'enquêteurs internationaux va collaborer avec les autorités égyptiennes.

Le chef des experts aéronautiques russes a déclaré que l'avion s'était disloqué «en l'air» pour une raison encore inconnue. «Les fragments se sont éparpillés sur une grande surface d'environ 20 km2», a déclaré au Caire Viktor Sorotchenko, directeur du comité intergouvernemental de l'aviation, cité par les agences de presse russes. Cette dislocation a eu lieu «à haute altitude», a précisé à la TV russe, le directeur de l'agence russe chargée du transport aérien, Alexandre Neradko.

(ats/afp)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.