Passer au contenu principal

ProtectionnismeBachelet et Macri visent Trump sans le nommer

La présidente chilienne et son homologue argentin ont dénoncé dimanche «la xénophobie et le protectionnisme commercial».

Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)
Les démocrates américains ont franchi un cap dans leurs enquêtes visant le président Donald Trump, en les faisant rentrer officiellement dans le cadre d'une procédure de destitution. (Jeudi 12 septembre 2019)
Keystone
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)
La démocrate Ilhan Omar a déclaré aux journalistes que Donald Trump était «fasciste». (Jeudi 18 juillet 2019)
Keystone
Ici à Sydney. (21 janvier 2017)
Ici à Sydney. (21 janvier 2017)
Keystone
1 / 150

La présidente chilienne Michelle Bachelet et son homologue argentin Mauricio Macri ont dénoncé dimanche «la xénophobie et le protectionnisme commercial», valorisant au contraire l'intégration régionale et les liens bilatéraux, lors d'un déplacement commun au Chili.

Sans le nommer, les deux chefs d'Etat ont fait allusion au président américain Donald Trump et à sa politique protectionniste affichée.

«Au moment où la planète fait face à la résurgence d'idées qui soutiennent la séparation, la xénophobie l'isolationnisme et le protectionnisme commercial, le Chili et l'Argentine (...) revendiquent une nouvelle fois l'unité de l'intégration bilatérale et régionale», a déclaré Michelle Bachelet à l'issue de la rencontre à Colina, à une trentaine de kilomètres au nord de Santiago.

Soutien au Mexique

«Plus que jamais nous devons penser de quelle manière nous allons affronter avec succès ces défis, les transformer en opportunités pour nos peuples», a dit Mauricio Macri, qui effectuait sa première visite officielle au Chili voisin depuis son élection à l'automne 2015.

Selon le ministre chilien des Affaires étrangères Heraldo Munoz, les deux dirigeants ont exprimé leur soutien au Mexique, où des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dimanche contre le projet de mur voulu par Donald Trump le long de la frontière mexicano-américaine.

Michelle Bachelet et Mauricio Macri ont confirmé la prochaine convocation d'une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays du Mercosur (Argentine, Brésil, Paraguay, Uruguay, Venezuela) et de l'Alliance du Pacifique (Chili, Colombie, Mexique, Pérou), a annoncé Heraldo Munoz. Cette réunion aura pour objectif d'exprimer l'opposition de tous ces pays aux «signaux protectionnistes», a-t-il dit.

«Le soutien au Mexique existe, il fait partie de l'Alliance du Pacifique et a toute notre solidarité. Nous allons nous entendre avec qui veut bien s'entendre avec nous, et cela inclut les Etats-Unis», a déclaré le ministre chilien.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.