Base militaire attaquée: des dizaines de morts

LibyeEn Libye, une attaque contre une base militaire a fait au moins 141 victimes dont la plupart, non armées, ont été exécutées.

Base militaire attaquée dans le sud de la Libye.

Base militaire attaquée dans le sud de la Libye. Image: DR/Twitter

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Au moins 141 personnes, dont la plupart des soldats loyaux à l'homme fort de l'Est libyen, le maréchal Haftar, ont été tuées dans une attaque contre une base militaire dans le Sud libyen. La plupart d'entre elles n'étaient pas armées et ont été exécutées.

Selon le porte-parole de l'armée nationale libyenne (ANL, autoproclamée par le maréchal Haftar), «les soldats tués revenaient d'un défilé militaire dans l'est de la Libye» au moment de l'attaque, qui a également fait des blessés et des disparus.

D'après des sources militaires, la troisième force, un puissant groupe armé de la ville de Misrata (nord), officieusement loyal au gouvernement d'union nationale (GNA), a mené jeudi un assaut contre la base aérienne de Brak al-Shati, contrôlée par l'ANL.

Parmi les victimes figurent aussi des civils qui travaillaient sur la base ou qui se trouvaient aux alentours, a précisé vendredi le porte-parole. L'ONU avait évoqué un peu plus tôt un nombre important de morts et «des informations sur des exécutions» sans donner de détails.

Ministre suspendu

«Je suis indigné par des informations sur un nombre important de morts, y compris des civils, et des rapports selon lesquels des exécutions sommaires auraient pu avoir lieu», a réagi l'émissaire de l'ONU en Libye, Martin Kobler.

Le GNA a mis en place une commission d'enquête et décidé de «suspendre le ministre de la défense, al-Mahdi al-Barghathi, et le commandant de la troisième force jusqu'à ce que soient identifiés les responsables» de l'attaque, selon une décision parue vendredi soir. Le GNA et le ministère de la défense avaient tous deux condamné l'attaque de jeudi, affirmant ne pas avoir donné d'ordre en ce sens.

La base de Brak al-Shati se situe à 650 km au sud de Tripoli, dans une région désertique et marginalisée. L'Etat y est quasiment absent depuis que la Libye est plongée dans le chaos à la suite de la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011. Des affrontements réguliers y opposent des milices et des tribus pour le contrôle de toutes sortes de trafics très lucratifs avec le Tchad, le Niger et le Soudan voisins.

Accord

Contrôlant une grande partie de l'Est et du Sud libyens, le maréchal Haftar est appuyé par le Parlement élu basé à Tobrouk (est), hostile comme lui au GNA, qui est issu d'un accord interlibyen signé à la fin 2015 au Maroc sous l'égide de l'ONU.

Une rencontre au début mai à Abou Dhabi entre le chef du GNA, Fayez al-Sarraj, et le maréchal Haftar, a permis un timide rapprochement entre les deux hommes qui avaient convenu d'arrêter une escalade militaire dans le sud. Depuis le début du mois d'avril, les forces loyales au maréchal Haftar avaient en effet mené plusieurs attaques contre la base aérienne de Tamenhant, contrôlée par la troisième force et distante d'une cinquantaine de kilomètres de celle de Brak al-Shati.

La base de Tamenhant, située près de la ville de Sebha, à plus de 600 km au sud de Tripoli, est convoitée pour sa position stratégique. Après sa rencontre avec Fayez al-Sarraj, le maréchal Haftar avait effectivement suspendu son offensive dans le sud.

Riposte réclamée

Aguila Saleh, le président du Parlement élu, a condamné «l'attaque terroriste perpétrée par les milices de la troisième force et par ses alliés», y voyant «une violation grave de l'accord de trêve conclu à Abou Dhabi».

Il a indiqué avoir donné des directives aux forces armées afin qu'elles prennent les mesures nécessaires pour riposter à cette offensive, défendre le sud et le nettoyer de toutes les milices hors-la-loi«.

Le GNA a appelé de son côté à un cessez-le-feu »immédiat« dans le sud: »Nous avons toujours l'espoir que la raison l'emporte et que s'arrêtent l'escalade et la provocation". Outre la contestation dans l'Est, le GNA, qui s'est installé en mars 2016 à Tripoli, peine également à contrôler des dizaines de milices dans l'ouest du pays, qui affirment leur appartenance aux forces du GNA, mais demeurent hors de tout contrôle.

D'autres violences ont ensanglanté la Libye. A Slouq, dans l'est du pays, six personnes, dont un chef tribal favorable au maréchal Khalifa Haftar, ont été tuées et 18 blessées vendredi dans l'explosion d'une voiture piégée. (afp/nxp)

Créé: 19.05.2017, 23h54

Articles en relation

Libye: le gouvernement gagne du terrain à Tripoli

Guerre Les forces du gouvernement soutenu par l'ONU ont chassé mercredi des groupes rivaux de leurs fiefs dans la capitale. Plus...

Le convoi du premier ministre visé par des tirs

Libye Un convoi du chef du gouvernement d'union nationale libyen (GNA) Fayez al-Sarraj a essuyé lundi des tirs à Tripoli sans faire de blessés. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actu croquée par nos dessinateurs, partie 4

Les excès de zèle de Corsier pour naturaliser un étranger, paru le 25 juillet
(Image: Bénédicte) Plus...