Offensive imminente à Alep, enjeu décisif du conflit

SyrieL’armée syrienne a pilonné des quartiers rebelles d’Alep en prévision d’une offensive majeure pour en reprendre le contrôle. Si Alep tombe, «le régime est fini», selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Un combattant à Alep.

Un combattant à Alep. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’armée syrienne a pilonné jeudi des quartiers rebelles d’Alep en prévision d’une offensive majeure pour en reprendre le contrôle. La métropole du nord de la Syrie, en proie depuis une semaine à de violents combats, est devenue un enjeu décisif du conflit.

A Damas, où l’armée a reconquis la plupart des quartiers, des affrontements se poursuivaient, notamment dans le quartier Hajar al- Aswad, où sont regroupés les rebelles, après des violences dans le camp palestinien de Yarmouk au sud de la capitale syrienne.

A Alep, deuxième ville du pays à 355 km au nord de Damas, les troupes ont bombardé en soirée le quartier Salaheddine tenu par les rebelles, ainsi que d’autres secteurs de la métropole, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

A Salaheddine, des centaines de rebelles se préparent à une offensive majeure de l’armée contre la ville. Plusieurs hélicoptères tournaient au-dessus des habitations et mitraillaient le sol. Les habitants du quartier, eux, fuyaient en masse - les femmes et les enfants surtout, le plus souvent à bord de camionnettes.

Les violences - pilonnage, opérations de l’armée et combats entre soldats et rebelles - ont touché d’autres villes, notamment Deraa (sud) bombardée par des hélicoptères, et Damas et sa région, selon l’OSDH qui recense au moins 114 morts - 61 civils, 32 soldats et 21 insurgés. Dans le même temps, 1500 à 2000 rebelles sont arrivés de l’extérieur pour prêter main-forte à quelque 2000 de leurs camarades, a ajouté cette source, selon laquelle les insurgés se trouvent surtout dans les quartiers périphériques du sud et de l’est et tiennent les routes menant à l’aéroport.

«Si Alep tombe...»

Si Alep tombe, «le régime est fini et les deux adversaires le savent», a estimé mercredi Rami Abdel Rahmane, président de l’OSDH. Le journal «Al-Watan», proche du régime, titrait jeudi: «Alep, la mère des batailles».

Selon un correspondant de l’AFP, les combattants de l’Armée syrienne libre (ASL) se sont emparé mercredi du commissariat du quartier Chaar, arrêtant des policiers, en blessant certains et en tuant d’autres.

L’UNESCO a fait part de son inquiétude. Sa directrice générale Irina Bokova a demandé à «toutes les parties impliquées dans le conflit» en Syrie d’»assurer la protection de l’héritage culturel exceptionnel» d’Alep.

Avec la recrudescence des violences, la crise humanitaire s’est considérablement aggravée ces «quatre ou cinq derniers jours», ont affirmé des experts de l’Union européenne. Le nombre de réfugiés entrant en Jordanie est passé cette semaine à 1300 par jour, contre 400 à 500 il y a quelques semaines.

Activisme saoudien

Sur le plan diplomatique, l’Arabie saoudite, qui soutient l’opposition, va proposer dans les prochains jours à l’Assemblée générale de l’ONU une résolution qui fera référence à la menace de Damas d’utiliser ses armes chimiques, selon l’ambassadeur saoudien à l’ONU.

Cette initiative fait suite à l’échec jeudi dernier d’une résolution occidentale menaçant Damas de sanctions, à la suite des veto russe et chinois.

Le patron de l’ONU Ban Ki-moon a dénoncé un «carnage» en Syrie et fustigé la communauté internationale pour ne pas protéger les civils, lors d’une visite à Srebrenica (Bosnie), où il a déploré l’échec de l’ONU à empêcher le génocide commis en 1995.

Sur le plan politique, le général dissident Manaf Tlass a dit préparer une feuille de route pour une sortie de crise impliquant d’»honnêtes» gens au sein du régime mais sans M. Assad, dans un entretien au quotidien arabe «Asharq Al-Awsat». Par ailleurs, Israël a renforcé la sécurité le long de sa ligne d’armistice avec la Syrie, «de peur que des réfugiés ne tentent de la franchir», a indiqué une source de sécurité. (ats/nxp)

Créé: 26.07.2012, 10h00

Dossiers

Galerie Photos

Rétrospective de la révolution en Syrie

Rétrospective de la révolution en Syrie Dans la foulée des printemps arabes tunisien, égyptien et libyen, les opposants syriens ont débuté leur rébellion en mars 2011. Mais contrairement aux autres oppressés arabes, rien n'évolue dans le pays qui est désormais à feu à sang.

Articles en relation

L'isolement de la Syrie s'accentue

Guerre civile La Turquie a fermé trois postes- frontières avec son voisin, face à la dégradation des conditions de sécurité. Le régime de Damas a également des relations tendues avec le Liban. Plus...

Une entreprise accusée d'avoir vendu du matériel militaire à la Syrie

France La Ligue des droits de l'Homme (LDH) et la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) ont dénoncé au parquet de Paris la société Qosmos et l'ensemble des entreprises françaises qui ont fourni du matériel au pays. Plus...

La moitié des observateurs de l'ONU ont quitté la Syrie

Guerre civile La moitié des 300 observateurs de l'ONU en Syrie ont quitté le pays mardi et mercredi. Ils étaient sur le territoire depuis le mois d'avril. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.