Passer au contenu principal

Bayrou dénonce la contagion de «l’agressivité et l’intolérance» de Sarkozy

Soutien d’Alain Juppé, le président du MoDem critique la primaire de la droite et du centre. Il n’a pas renoncé à se présenter. Interview.

François Bayrou: «Dans une élection primaire de sympathisants, l’avantage donné au plus dur, au plus agressif du camp, est considérable.» L’actuel maire de Pau, âgé de 64 ans, renvoie dos à dos Nicolas Sarkozy, le diviseur de la République, et François Hollande, le décevant.
François Bayrou: «Dans une élection primaire de sympathisants, l’avantage donné au plus dur, au plus agressif du camp, est considérable.» L’actuel maire de Pau, âgé de 64 ans, renvoie dos à dos Nicolas Sarkozy, le diviseur de la République, et François Hollande, le décevant.
Marie-Pierre Dieterlé

François Bayrou concourra à la présidentielle de 2017 si Alain Juppé perd la primaire à droite. La position du président du Mouvement Démocrate (MoDem) est limpide. Encore une fois, l’ex-ministre de l’Education nationale et maire de Pau se dresse contre Nicolas Sarkozy. Ce dernier l’accuse d’avoir provoqué sa défaite en 2012. Fort de deux campagnes présidentielles réussies (18,6% en 2007 et 9,2% en 2012), et aujourd’hui crédité de près de 12% d’intention de vote, le patron du MoDem à 64 ans veut encore peser sur le débat. Tenace, François Bayrou est un faiseur de roi qui n’a pas renoncé à devenir roi. Interview.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.