Belgrade vote la perpétuité irrévocable

Serbie Une nouvelle loi remplace la peine actuelle maximale de 40 ans par une condamnation à vie sans perspective aucune de libération conditionnelle, même infime.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une loi prévoyant des peines de perpétuité irrévocable a été votée mardi par le parlement serbe en dépit de l'inquiétude du Conseil de l'Europe. Elle exclut toute perspective même infime de libération conditionnelle des condamnés.

Dans le code pénal serbe, la perpétuité remplace comme peine maximale celle de 40 ans de réclusion que pouvaient jusqu'à présent prononcer les tribunaux de ce pays des Balkans. Belgrade négocie actuellement son adhésion à l'Union européenne.

Les condamnés à la prison à vie pourront en règle générale voir des tribunaux se pencher de nouveau sur leur cas après 27 ans de prison. Ce ne sera pas le cas pour ceux reconnus coupables de viols suivis de meurtres, ou d'autres crimes graves commis contre des enfants ou des femmes enceintes. Ceux-ci n'auront aucune perspective de réexamen de leur peine de perpétuité, sauf par grâce présidentielle.

Cette disposition est contraire à la convention européenne des droits de l'Homme, qui exige que toute peine à perpétuité soit soumise à un possible réexamen au bout d'un délai établi. Début mai, la Commissaire européenne aux droits de l'Homme, Dunja Mijatovic, a rappelé ce principe dans un courrier à la ministre serbe de la justice, Nela Kuburovic, et lui a demandé de «reconsidérer sa décision» de présenter la loi au vote.

Pétition pour la perpétuité irrévocable

Dunja Mijatovic rappelle «qu'en tant que pays-membre du Conseil de l'Europe, la Serbie est liée» par cette convention qui, certes, permet les peines à perpétuité, mais à condition qu'elles offrent «une perspective de libération du prisonnier et la possibilité de revoir la peine».

«Une peine de 30 à 40 ans de prison, peut elle aussi être considérée comme inhumaine», a répondu la ministre Kuburovic, citée par le quotidien Politika. «Car, une fois leur peine purgée les condamnés retrouvent la liberté alors qu'ils sont à un âge avancé de la vie, la plupart du temps sans argent, vieux et sans lien avec leur famille ou leurs amis», a-t-elle déclaré.

Cette loi pénale est la conséquence du viol et de l'assassinat en 2014 dans le nord de la Serbie, d'une adolescente de 15 ans, Tijana Juric. Créée par son père, une fondation à son nom milite depuis lors pour introduire cette perpétuité irrévocable. L'assassin a été condamné à 40 ans de réclusion. Une pétition en faveur de la perpétuité irrévocable avait été signée par 158'000 personnes. (ats/nxp)

Créé: 21.05.2019, 14h28

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.