Benalla mis en examen pour son selfie avec une arme

FranceAlexandre Benalla a écopé ce mercredi de nouvelles mises en examen, pour d'autres violences en marge du 1er-Mai et un selfie avec une arme.

La liste des faits reprochés à Alexandre Benalla s’allonge.

La liste des faits reprochés à Alexandre Benalla s’allonge.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Alexandre Benalla a écopé mercredi de nouvelles mises en examen, concernant d'autres faits de violences en marge du défilé parisien du 1er-Mai et pour l'épisode du selfie le montrant avec une arme, a indiqué une source judiciaire.

Convoqué dans la matinée au tribunal de grande instance de Paris, l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron est ressorti du bureau des juges d'instruction dans l'après-midi avec une nouvelle mise en examen pour «port et détention non autorisé d'armes de catégorie B», et pour «immixtion dans l'exercice d'une fonction publique» et «violences volontaires en réunion sans incapacité», a détaillé la source judiciaire qui confirmait une information du «Parisien».

Ces nouveaux soupçons concernent deux volets d'une même information judiciaire menée par trois juges d'instruction: d'une part, l'épisode du selfie le montrant armé, et d'autre part, des soupçons d'ingérence dans l'action de la police. Il est mis en cause pour son rôle dans une interpellation mouvementée intervenue au Jardin des Plantes à Paris, quelques heures avant les faits de violences de la place de la Contrescarpe, révélés par Le Monde, qui lui ont valu sa première mise en examen, le 22 juillet.

Un «pistolet à eau»

Deux mois plus tard, le 24 septembre, «Mediapart», avait publié une photo d'Alexandre Benalla, l'air détendu, semblant brandir un pistolet de type Glock à une époque où il n'était pas autorisé à porter une arme en dehors du QG d'En marche! La photo d'Alexandre Benalla, alors membre du service d'ordre de la campagne d'Emmanuel Macron, avait été prise le 28 avril 2017, dans un restaurant à Poitiers, à quelques kilomètres de Châtellerault où le candidat à l'Elysée venait de tenir un meeting.

Interrogé par les juges à ce sujet le 29 novembre, Alexandre Benalla avait prétendu qu'il s'agissait d'un «pistolet à eau» et ne pas se souvenir de ce selfie. Dans l'attente de vérifications, les juges avaient ce jour-là renoncé à le mettre en examen. Mais depuis, de nouveaux éléments apparus dans l'enquête semblent avoir mis à mal sa défense. Une note Tracfin a notamment révélé qu'il avait effectué des achats dans une armurerie les jours précédant ce cliché.

Mercredi, les juges l'ont également mis en examen pour son rôle présumé dans l'interpellation mouvementée d'un couple au Jardin des Plantes, à Paris. Alexandre Benalla avait déjà été mis en examen le 29 novembre pour l'interpellation litigieuse d'une troisième personne au Jardin des plantes.

Cinq procédures judiciaires

Ce jour de 1er-Mai, le jeune homme de 27 ans et son ami Vincent Crase, ex-employé de la République en Marche, se trouvaient en «observateurs» embarqués avec les forces de l'ordre de la Préfecture de police.

Depuis l'été, l'affaire Benalla, qui n'en finit pas d'empoisonner l'exécutif, a donné lieu à l'ouverture de cinq procédures judiciaires distinctes et de nombreux rebondissements. Jeudi, le Bureau du Sénat décidera de saisir ou non la justice au sujet des déclarations sous serment de MM. Benalla et Crase lors de leurs auditions, «susceptibles de donner lieu à des poursuites pour faux témoignage». Il devra aussi trancher sur le cas de trois responsables de l'Elysée, pour «un certain nombre d'omissions, d'incohérences et de contradictions» relevées lors des auditions. (afp/nxp)

Créé: 20.03.2019, 22h44

Articles en relation

Benalla et Crase remis en liberté par la justice

France L'ex-collaborateur de Macron et son coaccusé sont désormais libres mais toujours sous contrôle judiciaire. Plus...

Benalla et Crase restent en prison

France Écroués depuis mardi, l'ancien chargé de mission à l'Elysée et son ami Vincent Crase ont vu leur premier recours rejeté par les juges. Plus...

Des «dysfonctionnements majeurs» à l'Élysée

Affaire Benalla Une commission sénatoriale demande des poursuites contre Alexandre Benalla. Et dénonce des dysfonctionnements au plus haut niveau de l'Etat. Plus...

Enquête sur Mediapart, qui refuse une perquisition

Affaire Benalla Quelques jours après avoir publié des extraits d'une conversation où Alexandre Benalla aborde plusieurs sujets sensibles, le journal Mediapart est sous la pression de la justice. Plus...

Macron: «Tu es plus fort qu'eux»

Affaire Benalla Mediapart a dévoilé jeudi plusieurs enregistrements sonores où Alexandre Benalla semble avoir le soutien du couple Macron. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.