Berlin et Paris prêts à se battre avec les troupes de Bachar

Lutte contre l'EIL'idée de combattre Daech aux côtés des soldats syriens fait son chemin. A condition que Bachar el-Assad ne soit plus aux commandes.

Laurent Fabius.

Laurent Fabius. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une collaboration avec l'armée syrienne pour lutter contre le groupe djihadiste Etat islamique n'est envisageable que si l'actuel président Bachar el-Assad n'est plus aux commandes, a déclaré lundi le chef de la diplomatie française Laurent Fabius.

«Si on arrive à une transition politique et que ce n'est plus Bachar qui dirige l'armée syrienne, il peut y avoir des actions communes contre le terrorisme. Mais sous M. Bachar ce n'est pas possible», a déclaré Laurent Fabius sur la radio France Inter, interrogé au Bourget où se déroule la conférence climat.

«Il est évident que ce n'est pas sous la maîtrise de Bachar el-Assad que l'armée pourrait être engagée aux côtés de l'opposition modérée», a-t-il insisté.

La France a désormais pour priorité en Syrie la lutte contre les djihadistes de l'EI, organisation qui a revendiqué les sanglants attentats du 13 novembre à Paris.

Mais «nous travaillons pour une transition politique», a assuré Laurent Fabius, alors que deux réunions internationales, associant pour la première fois les alliés du régime syrien, Moscou et Téhéran, se sont déroulées en octobre et novembre à Vienne.

Cette réunion a permis d'établir une feuille de route prévoyant une réunion de l'opposition et d'éléments du régime syrien d'ici le 1er janvier, la mise en place d'un gouvernement de transition dans les six mois et l'élaboration d'une nouvelle constitution avant l'organisation d'élections dans les 18 mois.

Alors que plus de 150 chefs d'Etats et de gouvernements sont réunis lundi au Bourget près de Paris pour la plus grande conférence sur le climat jamais organisée, le sujet syrien devrait être abordé lors des multiples bilatérales qui auront lieu en marge de la conférence.

Evoquant la possibilité d'une bilatérale entre les présidents russe Vladimir Poutine et turc Recep Tayyip Erdogan, brouillés depuis qu'un avion russe a été abattu à la frontière syrienne par l'armée turque, Laurent Fabius, qui préside la COP21, a assuré que «si nous pouvons faciliter les choses, nous le ferons».

Berlin aussi

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, s'est montrée elle aussi ouverte à la participation de troupes syriennes du président Bachar el-Assad à la lutte internationale contre l'organisation Etat islamique (EI), rejoignant ainsi la position de la France.

«Il y a des parties des troupes en Syrie que l'on peut tout à fait prendre, comme dans le cas de l'Irak où a eu lieu avec succès la formation de troupes locales», a affirmé la ministre conservatrice dimanche soir sur la chaîne de télévision publique ZDF. Comme le ministre français, elle a toutefois insisté sur le fait qu'il n'y aura «pas d'avenir avec Assad, cela est clair».

La France, qui a désormais pour priorité en Syrie la lutte contre l'EI, avait pour la première fois envisagé vendredi d'associer les forces du régime syrien, tout en soulignant qu'une telle coopération ne pouvait s'inscrire que dans le cadre d'une transition politique.

De la réticence au déploiement

Après les attentats de Paris du 13 novembre revendiqués par l'organisation djihadiste, l'Allemagne, jusqu'ici réticente à intervenir en Syrie, a assuré la France de tout son soutien. Elle a annoncé qu'elle allait notamment déployer une frégate et fournir des avions de reconnaissance et de ravitaillement dans le cadre des bombardements effectués sur des cibles djihadistes en Syrie.

Au total, quelque 1200 soldats allemands devraient être mobilisés, ce qui en fera la mission la plus importante en cours à l'étranger.

Le conseil des ministres doit adopter mardi les grandes lignes de cette intervention qui devra ensuite encore être soumise au feu vert des députés. Berlin a promis d'agir vite.

Créé: 30.11.2015, 09h49

Dossiers

Articles en relation

L'Allemagne va intervenir militairement contre Daech

Etat islamique Longtemps réticente à une intervention militaire en Syrie, l'Allemagne va aider la France dans la lutte contre l'Etat islamique. Elle compte déployer quelque 1200 soldats. Plus...

Poutine «prêt à coopérer» avec Hollande en Syrie

Diplomatie C'est dans un climat tendu que le président français a été reçu en soirée par le président russe à Moscou. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.