Passer au contenu principal

ONU PalestineBerne suspend son aide après des soupçons d'abus

La Suisse attend l'issue de l'enquête sur les accusations d'abus avant de poursuivre son aide à l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens.

Un rapport interne décrit comme «crédible» évoque de graves abus éthiques commis par des hauts dirigeants de l'UNRWA.
Un rapport interne décrit comme «crédible» évoque de graves abus éthiques commis par des hauts dirigeants de l'UNRWA.
Keystone

La Suisse a salué mardi la tenue d'une enquête «impartiale et objective» sur les accusations de mauvaise gestion et d'abus d'autorité au sein de l'Agence de l'ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA). Elle décidera des mesures à prendre en fonction du résultat de l'enquête.

Dans l'intervalle, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) suspend toute contribution additionnelle à l'UNRWA pendant la durée des investigations, a indiqué son porte-parole Tilman Renz.

Le DFAE est en contact avec les autres bailleurs de fonds de l'agence. Il attache une importance particulière à la bonne gouvernance des organisations internationales et requiert de ses partenaires qu'ils respectent le code de conduite du DFAE, a ajouté M. Renz.

Graves abus éthiques

Un rapport interne à l'agence onusienne décrit comme «crédibles et corroborés» de graves abus éthiques commis par des hauts dirigeants de l'UNRWA, dont le commissaire général de l'agence, le Genevois Pierre Krähenbühl.

Parmi les accusations figurent celles «d'agissements à caractère sexuel inappropriés, népotisme, représailles, discriminations et autres abus d'autorité, [commis] à des fins personnelles, pour réprimer des divergences d'opinion légitimes».

Les services d'Ignazio Cassis ont pris contact avec l'UNRWA dès qu'ils ont eu connaissance des rumeurs concernant l'existence d'une enquête en cours des services de contrôle interne de l'ONU (OIOS). Ils ont prié l'organisation de les informer sans délai de ce dont il était question.

Lundi, M. Krähenbühl a informé officiellement ses bailleurs de fonds confirmant qu'une enquête de l'OIOS était en cours et qu'aucune conclusion n'avait été jusque-là été livrée à l'UNRWA. Il a aussi assuré les bailleurs de fonds, dont la Suisse, de la pleine coopération de l'UNRWA à cette enquête, ce dont Berne se félicite.

Pressions intenses

Dans un communiqué, Pierre Krähenbühl a déclaré que «si l'enquête en cours – une fois terminée – devait présenter des conclusions nécessitant des mesures correctives ou d'autres mesures de gestion, nous n'hésiterons pas à les prendre».

Dans un autre communiqué, l'UNRWA a souligné être probablement «l'une des agences onusiennes les plus surveillées en raison de la nature du conflit [israélo-palestinien] et de l'environnement complexe et politisé dans lequel elle travaille».

«Au cours des dix-huit derniers mois, l'UNRWA a fait face à une pression financière et politique intense, mais l'ensemble de son personnel a maintenu le cap, aidant 5,4 millions de réfugiés palestiniens alors qu'elle traversait une crise financière sans précédent en septante ans d'existence», a déclaré l'agence.

En 2018, les États-Unis ont mis fin à leur aide financière annuelle de 300 millions de dollars (autant en francs) à l'UNRWA. Sur Twitter, l'émissaire américain pour le Proche-Orient, Jason Greenblatt, s'est dit «très préoccupé» par ces accusations et a demandé une «enquête complète et transparente de l'ONU».

En dépit des difficultés financières et actuelles, l'UNRWA est un partenaire multilatéral important de la Suisse, précise le DFAE. La Confédération a déjà versé sa contribution annuelle à l'agence pour 2019. Elle a payé un total de 22,3 millions de francs, précise M. Renz.

Le Conseil fédéral a promis un rapport cette année sur les liens avec l'agence. Lors d'un voyage au Proche-Orient l'an dernier, M. Cassis avait laissé entendre que Berne pourrait aider davantage les institutions des États qui accueillent des réfugiés palestiniens plutôt que l'UNRWA, avant une clarification du gouvernement.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.