Passer au contenu principal

CancerBiden et François veulent des traitements pour tous

Le pape François a apporté son soutien à la campagne du vice-président américain pour venir à bout du cancer avec des nouveaux traitements accessibles à tous.

Poignée de main entre le pape François et le vice-président américain Joe Biden.
Poignée de main entre le pape François et le vice-président américain Joe Biden.
Keystone

Joe Biden, dont le fils Beau est décédé l'année dernière d'une tumeur au cerveau, a prononcé un discours émouvant devant un congrès sur les cellules souches. Il a remercié le pape pour le soutien à sa famille lors de sa visite aux Etats-Unis.

«Je voudrais que chaque parent, frère, soeur, mère, père ait pu bénéficier de ses mots, de ses prières, de sa présence. Il nous a apporté plus de réconfort qu'il ne le comprendra lui-même jamais», a déclaré le vice-président américain.

Le souverain pontife a jugé que les patients de types rares de cancer ou de maladies infantiles soient ignorés «parce qu'on n'attend pas de retour économique substantiel en investissant sur eux».

Programme «Moonshot»

Joe Biden est chargé aux Etats-Unis d'une campagne contre le cancer baptisée «Moonshot», en référence au programme Apollo de conquête de la Lune. Il a martelé que cette bataille était aussi urgente que celle contre les maladies infectieuses.

«Chaque jour, des milliers de personnes meurent, des millions d'autres cherchent désespérément l'espoir de vivre encore un jour, encore un mois, encore un an. Encore un câlin, encore un baiser», a-t-il déclaré.

Le vice-président américain a appelé à «un engagement international» qui mette l'accent sur l'accès aux traitements, qui doivent «être pour tout le monde, pas seulement les privilégiés et les puissants». Lui-même catholique, Joe Biden a estimé que la religion pouvait jouer un rôle en poussant la recherche mais aussi en rappelant aux chercheurs le sens de leur travail.

Le congrès organisé par le conseil pontifical pour la culture et la fondation américaine Stem for Life doit s'achever samedi. Il réunit des scientifiques, des médecins, des patients et leurs proches.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.