Les Bleus doivent marquer pour (r)assurer leurs arrières

Euro 2016Même s’il est privé d’éléments importants en défense, Didier Deschamps a insufflé un état d’esprit de vainqueur à des Tricolores qui sont bien armés pour remporter l’Euro. Premier match vendredi soir contre la Roumanie.

Didier Deschamps: «Cette équipe a du charme, elle plaît aux Français, mais attention de ne pas sortir les clairons et trompettes trop rapidement».

Didier Deschamps: «Cette équipe a du charme, elle plaît aux Français, mais attention de ne pas sortir les clairons et trompettes trop rapidement». Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’équipe de France peut-elle, une fois encore, aller au bout de son rêve? Depuis les années 80, à chaque fois que l’Hexagone a organisé un Eurofoot (1984) ou une Coupe du monde (1998), les Tricolores ne sont pas restés au stade des bonnes intentions sur le terrain: ils ont remporté l’épreuve.

Le dernier capitaine des Bleus à avoir soulevé un trophée n’a pas oublié cet état second. Didier Deschamps, qui avait brandi la Coupe «Henri Delaunay» à Amsterdam (2000), a l’art de transformer tout ce qu’il touche en or. Tout un peuple, qui a besoin aujourd’hui de s’évader, de mettre entre parenthèses les attentats, les grèves et son quotidien morose, attend que celui qui est devenu un sélectionneur à succès répète l’opération le 10 juillet, dans ce Stade de France qui aime bien les belles histoires.

Vindicte populaire

Coach des Bleus depuis le 8 juillet 2012, l’ancien protégé d’Aimé Jacquet a su insuffler un esprit d’équipe à un groupe en éliminant les ego démesurés. Il a su ne pas céder à la vindicte populaire après la grotesque affaire de la sextape qui a mis hors-jeu Benzema et Valbuena. Il n’a pas (trop) paniqué non plus lorsque sa défense a été décimée. Tout juste a-t-il élevé la voix lorsque Eric Cantona l’a accusé de racisme pour n’avoir pas retenu Hatem Ben Arfa. L’ex-mentor de Monaco, Juventus et Marseille, adepte d’un système 4-3-3, a formé, avec ses principes et ses convictions, une équipe jeune et talentueuse qui défend avec énergie et rigueur pour placer des contre-attaques rapides et souvent déterminantes.

«Cette équipe a du charme, elle plaît aux Français, mais attention de ne pas sortir les clairons et trompettes trop rapidement», prévient Didier Deschamps, même s’il est conscient qu’avec un tel potentiel offensif (Griezmann, Giroud, Payet, Martial, Coman, Gignac, Pogba) cette France, née après avoir renversé une situation incroyable contre l’Ukraine juste avant le Mondial 2014, peut nourrir aujourd’hui des ambitions de grandeur.

La force du collectif

«Il ne faut pas le cacher, un Euro réussi à la maison passe par une équipe de France championne d’Europe», admet le coach. Evoluer à domicile ne peut susciter que de l’adrénaline, elle galvanise les acteurs qui se surpassent. «Contrairement à l’Espagne ou l’Allemagne, on ne se sent pas comme les favoris, estime le gardien et capitaine Hugo Loris. Mais on est à la maison, c’est un petit plus et il faut s’en servir. Même si ce n’était que des matches amicaux, on a gagné neuf de nos dix dernières parties, c’est aussi bon pour la confiance.»

Avec un entraîneur qui symbolise la réussite, qui a fait le ménage dans le vestiaire, des joueurs d’exception évoluant pour la plupart dans des grands clubs européens, les ingrédients sont tous réunis pour remporter cet Euro. Que les Bleus réussissent leur départ et la machine sera lancée. «Je vais leur dire que dans ce genre de contexte, il ne faut pas se faire toute une montagne de tout ce qui va se passer autour de ce match d’ouverture, renchérit Deschamps. Cela ne doit pas conditionner notre approche. On s’est préparé pendant deux ans pour avoir la boule au ventre et la mâchoire serrée ce 10 juin, pour vivre ce genre de match…»

Mais pour aller loin dans une grande compétition, il est important de rassurer ses arrières. Privée d’éléments importants – Varane, Debuchy (blessés) et Sakho (suspendu puis écarté) –, la défense avec Sagna et Evra sur les côtés, ne donne pas une grosse garantie de sécurité. «Cela ne fait jamais plaisir d’encaisser des buts, remarque Bakary Sagna, mais on travaille tous pour y remédier. Tout le monde doit mettre la main à la pâte.» Gardien remplaçant, le Marseillais Steve Mandanda discourt dans le même sens que son coéquipier de Manchester City. «Notre grande force c’est le collectif, précise le suppléant de Lloris. On connaît nos forces et nos faiblesses et à partir du moment où tout le groupe tirera dans le même sens, on ira loin ainsi» Qui n’avance pas recule! «Une équipe qui veut aller au bout dans cette compétition doit marquer des buts!» rappelle Deschamps.

Premier objectif ce soir

Battre au moins une fois Ciprian Tatarusanu, c’est le premier objectif des Français ce soir à 21 heures au Stade de France. Le portier roumain, 198 cm, n’a encaissé que cinq buts en 17 matches lors des éliminatoires. Gagner ce premier match d’ouverture est le deuxième but des Français pour bien se lancer dans la compétition avant d’en découdre avec l’Albanie, la Suisse et ensuite toute l’Europe. Car pour la France, tout autre résultat qu’un succès le 10 juillet serait un échec…

Créé: 10.06.2016, 06h38

L'argent de l'Euro

Quelles seront les retombées économiques de l’Euro? 2,8 milliards d’euros (3,2 milliards de francs suisses), c’est la somme évaluée par le Centre de droit et d’économie du sport (CDES) pour cet événement d’un mois qui touchera surtout les neuf villes hôtes. Cette somme inclut les dépenses et les recettes.

Ainsi, côté recettes, le CDES estime que les supporters attendus dans les stades (hors billetterie) vont dépenser quelque 842 millions d’euros et 352 millions pour ceux qui iront suivre leur équipe dans les fan zones. C’est donc 1,2 milliard d’euros que devraient apporter les supporters étrangers en visite en France.

Pour autant qu’ils fassent le déplacement vers l’Hexagone. Car c’est l’inquiétude (grèves et sécurité) qui marque l’image de la France à l’étranger. Et notamment dans les grands pays voisins à fort potentiel touristique que sont l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Du côté des professionnels de l’hôtellerie, on regrette ainsi de nombreuses annulations de préréservations. Mais les annonces de ces désistements se font aussi dans un climat de guerre avec les acteurs de l’économie collaborative: Airbnb et consorts. Difficile donc d’y voir clair.

Le CDES calcule encore que la TVA engrangée par les dépenses liées à la compétition se montera à quelque 180 millions d’euros. L’un dans l’autre pas de quoi faire grimper la croissance de manière significative, puisque l’institut économique estime à 0,05% du PIB l’excédent d’activité économique dû à l’Euro. Par contre, il précise qu’en cas de victoire des Bleus, la consommation des ménages en France pourrait retrouver des couleurs.X.A.

Articles en relation

La France dans le doute, le football à la rescousse

Euro 2016 Retombées économiques, politiques ou simplement sportives: la France, traumatisée par les attentats et bloquée par des grèves, attend beaucoup de «son» Euro, qui commence vendredi. Plus...

Steve Mandanda: «On doit être prêt, comme si on allait jouer»

Euro 2016 Le portier de l'Olympique de Marseille, barré par Hugo Lloris en équipe de France, se prépare à chauffer le banc jusqu'à la finale! Plus...

Loin du chaos, les Français mènent à Clairefontaine une vie de château

Football Didier Deschamps et ses joueurs préparent leur Euro, à 70 km de Paris. Le calme avant la tempête… Plus...

Pourquoi l’équipe de Suisse peut briller à l’Euro

Euro 2016 Samedi, la sélection helvétique commence son Euro contre l’Albanie, à Lens. Si elle suscite des inquiétudes à l’externe, à l’interne la Suisse semble optimiste. Jusqu’à viser les quarts de finale! Plus...

L’Angleterre estimée à plus de 750 millions d’euros

Football Le Centre international d’étude du sport (CIES) a calculé la valeur marchande totale des équipes engagées à l’Euro 2016 en évaluant le prix de transfert des joueurs. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.