Passer au contenu principal

Bloqué en Mongolie, il raconte sa mésaventure

Sébastien Féval s'apprêtait à rentrer au bercail en Suisse. Mais le photographe de «24 heures» devra patienter jusqu'au 28 mars. Coronavirus est passé par là.

Un selfie pour raconter ses mésaventures. «J'apprends que mon vol de samedi est annulé et que tous les vols internationaux sont suspendus jusqu'au 28 mars. Nous sommes le 11 mars, il va falloir être patient.»
Un selfie pour raconter ses mésaventures. «J'apprends que mon vol de samedi est annulé et que tous les vols internationaux sont suspendus jusqu'au 28 mars. Nous sommes le 11 mars, il va falloir être patient.»
Sébastien Féval
Duurii, la guide, dans la ville de Mörön.
Duurii, la guide, dans la ville de Mörön.
Sébastien Féval
Sébastien Féval
1 / 5

Voilà, c’est le dernier jour que je passe dans ce coin reculé de Mongolie, entre taïgas et montagnes, le pays des Tsaatans, ethnie nomade d'éleveurs de rennes depuis des millénaires.

Même si le froid tenace et mordant et le confort plus que spartiate du lieu ne m’ont pas rendu la vie facile, j’éprouve comme un pincement de devoir retourner dans le monde civilisé et moderne. Mais rien ne presse, il est tôt, on viendra nous chercher, Duurii, la guide qui m’accompagne, et moi-même, en début d’après-midi.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.