Boeing verse 100 millions aux familles des victimes

Crashes des 737 MAXLe constructeur US a débloqué une aide financière pour les proches des 346 passagers qui ont péri dans les deux accidents impliquant son avion 737 MAX.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le géant aéronautique américain Boeing, critiqué de toute part et confronté à une grave crise de confiance, a annoncé mercredi le versement de 100 millions de dollars aux familles des victimes des deux accidents de son avion 737 MAX, qui ont fait 346 morts. «Ces fonds vont aider à financer l'éducation, les dépenses quotidiennes et le préjudice subi par les familles des victimes et serviront aussi à financer des programmes communautaires et le développement économique dans les communautés touchées», précise Boeing dans un communiqué.

«Nous sommes vraiment désolé»

Le constructeur, très critiqué pour sa gestion de ces deux tragédies et accusé de manquements en matière de sécurité pour son avion vedette, a indiqué que les fonds seront versés sur «de nombreuses années».

Le montant représente un peu moins que le prix catalogue d'un 737 MAX, dont tous les modèles sont cloués au sol dans le monde entier après l'accident d'un vol d'Ethiopian Airlines, qui s'est produit quelques mois seulement après celui de Lion Air en Indonésie.

Le communiqué se présente comme un acte de contrition.

«Chez Boeing, nous sommes vraiment désolé de la perte tragique de vies dans ces deux accidents et ces pertes en vies humaines vont peser lourdement dans nos coeurs et nos esprits dans les années à venir», a écrit Dennis Muilenburg, le PDG du constructeur. «Nous adressons nos plus vives sympathies aux familles et aux proches de ceux qui se trouvaient à bord et nous espérons que ce premier geste va aider à apporter du réconfort», a-t-il ajouté.

«Nous savons que toute personne qui monte à bord d'un de nos avions place sa confiance en nous. Nous faisons tout ce que nous pouvons pour regagner la confiance de nos clients et des voyageurs dans les mois à venir», a insisté M. Muilenburg.

Système anti-décrochage

Les conclusions des enquêtes préliminaires ont mis en cause dans les deux accidents un système anti-décrochage, le MCAS, propre au MAX et qui devait aider à donner aux pilotes les même sensations que pour la génération précédente de 737 malgré une nouvelle motorisation et un comportement en vol très différent.

Mais les auditions parlementaires et les enquêtes menées par la presse ont aussi révélé ce qui semble être des dysfonctionnements dans la procédure de certification de cet appareil.

Ces informations ont gravement affecté l'image de Boeing, d'autant que la gestion de la crise en matière de communication de l'entreprise, à commencer par son PDG, a elle aussi été catastrophique de l'avis de tous les experts. (afp/nxp)

Créé: 03.07.2019, 18h13

Articles en relation

Le 737 MAX continue de plomber Boeing

Aviation Après l'annonce d'un nouveau problème sur son avion 737 MAX, Boeing s'enfonce un peu plus dans une crise majeure. Plus...

Mauvaise nouvelle pour Boeing et son 737 MAX

Etats-Unis Le régulateur américain a décelé une nouvelle faille «potentielle» sur le Boeing 737 MAX, qui va donc encore rester cloué au sol. Plus...

Ethiopian Airlines rejette toute erreur de ses pilotes

Crash de Boeing La compagnie aérienne éthiopienne réfute les accusations d'un parlementaire US qui lui imputait la responsabilité du crash du Boeing 737. Plus...

737 MAX: pas de date de retour en service

Aviation Les régulateurs aériens se sont séparés jeudi sans date de retour en service du Boeing 737 MAX immobilisé depuis le mois de mars. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

L'actualité croquée par nos dessinateurs partie 7

Paru le 21 septembre 2019
(Image: Valott?) Plus...