Boko Haram menace toujours le Cameroun

Afrique centraleLe groupe terroriste continue de sévir dans l'extrême nord du pays, proche de la frontière avec le Nigéria.

Des habitations brûlées par les djihadistes.

Des habitations brûlées par les djihadistes. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Lorsque les premiers rayons de soleil apparaissent sans attaque nocturne, on dit Dieu merci», soupire un soldat posté à Zeleved. Le village de la région de l'extrême nord du Cameroun est régulièrement attaqué par les djihadistes du Nigeria proche.

Depuis 2014, les combattants de Boko Haram sévissent dans cette région frontalière du Nigeria et les habitants de Zeleved, situé dans une zone enclavée perdue dans les montagnes, n'ont quasiment pas eu de répit.

Dans la nuit du 18 au 19 mars, trois habitants du village, dont une vieille femme de 80 ans, ainsi qu'un enfant, ont été tués, 107 maisons et de nombreux biens incendiées, au cours de l'une de ces attaques. La vieille dame est morte brûlée dans sa case où elle s'était cachée pour éviter les balles des assaillants.

Autour, on voit des restes calcinés d'un moulin à moudre le maïs et d'une moto. Non loin, des cendres, des maisons sans toit, des jarres d'eau brisées ou noircies par les flammes, des restes de nourriture brûlés.

«Zone rouge»

Cette nuit-là, trois militaires en faction sous un hangar de fortune installé au pied d'une montagne pour assurer la sécurité du secteur du village ciblé ont fui à l'arrivée des djihadistes, selon des villageois. Les assaillants «étaient très nombreux, environ 200», rapporte Sali Hamad, chef du comité d'auto-défense dont la maison a été incendiée.

Moins d'une semaine après, Zeleved, peuplé majoritairement de chrétiens, a été une nouvelle fois la cible, dans la nuit du 24 au 25 mars, d'un assaut de Boko Haram: une personne a été blessée par balle, deux salles de classe et six habitations brûlées. Le village de Zeleved fait partie de la «zone rouge» constituée de localités frontalières ou proches de la frontière, considérée comme dangereuse du fait des incursions de Boko Haram.

Longue de plus de 250 km, cette zone s'étale sur trois des six départements de l'extrême nord. Plusieurs localités y ont été des épicentres du conflit armé entre soldats camerounais et combattants islamistes. Si cette guerre déclenchée en 2014 est presque terminée, Boko Haram «conserve toute sa capacité de nuisance», concède sous couvert d'anonymat un responsable sécuritaire.

Boko Haram brûle, égorge et vole

Le groupe «privilégie depuis des mois des attaques de nuit. Il brûle des maisons, égorge ou tue à l'arme blanche, pose des mines, vole du bétail et du mil», affirme-t-il. Depuis le début de l'année, 52 personnes ont été tuées dans la région dans diverses attaques côté camerounais.

«Boko Haram est présent de l'autre côté de la frontière. Dès que la vigilance baisse de notre côté, ils font des incursions pour s'en prendre aux populations», reconnaît un responsable régional ayant requis l'anonymat. «Tant que Boko Haram ne sera pas rasé au Nigeria, nous continuerons de le subir», estime-t-il.

A Zeleved, l'un des rares villages frontaliers encore peuplés, on aperçoit au loin la montagne nigériane de Goldalinig, présentée comme l'un des fiefs de Boko Haram. Arme accrochée à l'épaule, un soldat boit du «bil-bil», boisson alcoolisée à base de mil et de maïs. «En journée, on est en joie, mais une fois la nuit tombée, on est en poste. C'est l'inquiétude», explique-t-il, affirmant que les djihadistes sont à moins d'un kilomètre de là.

«Notre vie est constamment en danger»

Le soldat participe avec un de ses collègues à une «fête du sacrifice» organisée par les villageois pour conjurer le mal. Pour cette fête, «un chef traditionnel a préparé du vin. Il a invité les patriarches et ses populations à le boire, mais aussi et surtout à prier en communauté afin que le mal disparaisse», explique un habitant.

Installées sous des arbres, certains boivent, d'autres chantent ou dansent. «Ils viennent nous égorger parce que nous sommes devenus des coqs, des moutons, mais les Dieux sont là. Ils vont nous protéger», affirme une des danseuses, Doldor Kida.

«Dire qu'il y a l'insécurité, c'est peu dire. Notre vie est constamment en danger depuis 2014 et c'est insupportable», renchérit Sali Hamad.

Avant la fin de l'après-midi, tous les habitants du village vont aller en montagne avec leur bétail pour y passer la nuit, par crainte d'une nouvelle attaque. Ils n'en redescendront qu'au lever du jour. (ats/nxp)

Créé: 03.04.2019, 08h28

Articles en relation

Les survivantes sont toujours victimes d'abus

Boko Haram Selon Amnesty, les femmes ayant survécu à Boko Haram sont toujours victimes d'abus et de négligence de la part des autorités. Plus...

Attaque de Boko Haram contre une base militaire

Nigeria Le groupe djihadiste s'est infiltré dans une base de l'armée nigérienne vendredi soir. Trois soldats ont été tués. Plus...

Plus de 30'000 personnes ont fui Boko Haram

Nigeria Une recrudescence des combats entre l'armée nigériane et le groupe djihadiste Boko Haram a provoqué un afflux de réfugiés dans le nord-est du pays. Plus...

La remontée en puissance alarmante de Boko Haram

Nigeria Les combattants du groupe de l'Etat islamique en Afrique de l'Ouest sont parvenus à amasser de nombreuses armes et intensifient les combats au nord du pays. Plus...

Des villageois enlevés par Boko Haram

Nigeria Alors qu'ils cherchaient du bois à la frontière avec le Cameroun, une cinquantaine de Nigérians ont été kidnappés. Plus...

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.