Passer au contenu principal

InterventionBolsonaro va diriger le Brésil depuis l'hôpital

Le président brésilien Jair Bolsonaro va subir une opération lundi afin d'enlever la poche de colostomie qu'il porte depuis son agression à l'arme blanche.

Jair Bolsonaro a frôlé la mort lors d'un attentat à l'arme blanche en plein bain de foule le 6 septembre 2018.
Jair Bolsonaro a frôlé la mort lors d'un attentat à l'arme blanche en plein bain de foule le 6 septembre 2018.
AFP

Le président brésilien Jair Bolsonaro va temporairement exercer ses fonctions depuis un hôpital de Sao Paulo où il va subir une opération chirurgicale lundi pour lui retirer la poche de colostomie qu'il porte depuis l'attentat dont il a été victime en septembre.

Le dirigeant d'extrême droite doit entrer dimanche à l'Hôpital Albert Einstein, où il sera opéré lundi aux premières heures de la matinée avant de devoir respecter un «repos strict» de 48 heures, a précisé son porte-parole, le général Otavio Santana do Rego Barros.

Durant cette période, il sera remplacé par le vice-président Hamilton Mourao, qui a déjà assumé cette fonction lors du voyage de M. Bolsonaro au Forum économique mondial de Davos en Suisse, du 21 au 24 janvier.

Ensuite, M. Bolsonaro, 63 ans, recevra les ministres à l'hôpital, et restera à Sao Paulo «jusqu'à 10 jours», a précisé son porte-parole.

Attentat à l'arme blanche

«Toute une structure a été installée à Sao Paulo, pour assurer un gouvernement effectif et efficace», a encore dit le général Otavio Santana do Rego Barros.

Jair Bolsonaro a frôlé la mort lors d'un attentat à l'arme blanche en plein bain de foule le 6 septembre 2018 dans l'Etat du Minas Gerais (sud-est). Poignardé à l'abdomen, il a subi des perforations de l'intestin. Il est resté alors hospitalisé 23 jours à l'hôpital Albert Einstein.

Cette hospitalisation intervient alors que le Brésil est endeuillé après la rupture vendredi d'un barrage du géant minier Vale dans le sud-est du pays, qui a fait au moins 34 morts selon un bilan provisoire. Les espoirs de retrouver les quelque 300 disparus sont minces.

M. Bolsonora a survolé la zone samedi matin à bord d'un hélicoptère militaire.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.